Climat : Hollande et Aquino lancent l'appel de Manille

le
1
Climat : Hollande et Aquino lancent l'appel de Manille
Climat : Hollande et Aquino lancent l'appel de Manille

Après une nuit de vol, agrémentée d'un dîner avec Marion Cotillard, Mélanie Laurent, Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, le président de la République a entamé ce jeudi aux Philippines une visite de 48 heures dédiée aux enjeux du réchauffement climatique. 

Cornaqué par son «envoyé spécial pour la protection de la planète» Nicolas Hulot, qui a préparé le voyage, François Hollande a lancé avec son homologue philippin Benigno Aquino l'«appel de Manille» pour un succès de la Conférence mondiale sur le climat que la France réunira fin décembre à Paris. «Nous appelons la communauté internationale à conclure un accord ambitieux, équitable et universel sur le climat», ont proclamé «solennellement» les deux présidents dans cet appel lu par l'actrice Marion Cotillard en leur présence, dans la moiteur des jardins du palais présidentiel philippin. Le résultat de la Conférence de Paris, souligne le texte, concernera «la vie de milliards de personnes».

Hollande «pas encore» sûr de parvenir à un accord à Paris fin décembre

«L'appel de Manille, c'est pour que le monde soit plus juste entre les pays développés et les pays fragiles, entre les pays riches et les pays pauvres, entre les générations aussi», a lancé dans la foulée François Hollande, converti de fraîche date à l'écologie. Pour le chef de l'Etat, «il faut changer le monde pour sauver la planète». Les pays développés, a-t-il plaidé, ont «suffisamment prélevé de ressources» et «abîmé la planète» pour que leur «premier devoir» soit de «faire justice» aux pays en développement.

Jeudi, Paris et Manille ont selon lui «scellé une alliance qui a vocation à emmener le monde avec elle». Mais le président français n'est «pas encore» sûr de parvenir à un accord à Paris fin décembre. Le chef de l'Etat français avait proclamé fin novembre sa volonté de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le jeudi 26 fév 2015 à 19:40

    Pour le chef de l'Etat, «il faut changer le monde pour sauver la planète». Entierement d'accord il faut virer tous ces socialos gauche caviar