Climat-Fabius salue la contribution de l'Inde, troisième pollueur

le
1

PARIS, 5 octobre (Reuters) - Le chef de la diplomatie française a salué lundi les engagements de l'Inde, troisième pays le plus pollueur du monde après les Etats-Unis et la Chine, en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Dans cette contribution déposée auprès de l'Onu la semaine dernière à moins de deux mois de la conférence de Paris sur le réchauffement climatique (COP21), l'Inde s'engage à réduire de 33 à 35% d'ici 2030 ses émissions de GES par point de PIB, par rapport au niveau de 2005. Elle promet également de ramener à 40% d'ici 15 ans la part des énergies non-fossiles dans sa production d'électricité, pour laquelle elle recourt massivement au charbon. Laurent Fabius estime dans un communiqué publié lundi que cette contribution constitue une "étape importante" pour le succès de la COP21, considérée comme une des dernières chances d'aboutir à un accord universel sur le plafonnement à 2°C, voire 1,5°C, du réchauffement climatique d'ici la fin du siècle. "Cette contribution confirme l'apport de l'Inde au processus mondial de transformation des économies et des modèles de développement", écrit le ministre des Affaires étrangères, sur qui repose en grande partie l'organisation de la conférence. Une coalition de circonstance des Etats-Unis, de la Chine et de l'Inde avait contribué en 2009 à l'échec de la conférence sur le climat de Copenhague. Cette fois, Etats-unis et Chine ont été parmi les premiers des 195 pays participants à la conférence de Paris à déposer leur contribution nationale. La France estime que l'attitude de la Chine sera une des clefs du succès de la COP21. Une autre clef de cette conférence réside dans les financements et les transferts de technologie que les pays les plus développés accepteront pour aider les plus pauvres à adapter leur économie à la nouvelle donne climatique. "L'appel de l'Inde à nouer des partenariats technologiques mérite d'être entendu", souligne Laurent Fabius. Quelque 146 pays ont présenté à ce jour leur contribution nationale, ce qui représente plus de 85% des émissions de GES, selon Laurent Fabius, qui a appelé dimanche les retardataires à faire de même "dès que possible". ID:nL8N1240S1 Des experts estiment que la somme des engagements pris jusqu'ici par les pays individuels ne suffiront pas à contenir le réchauffement climatique à 2°C. ID:nL5N1213KH Les deux coprésidents du groupe de travail chargé de rédiger un projet d'accord universel ont rendu public lundi un texte qui sera soumis aux négociateurs du 19 au 23 octobre à Bonn. Ils ont réussi à le ramener à une vingtaine de pages mais il reste encore aux négociateurs beaucoup d'options à trancher ou confirmer et de blancs à remplir. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 le lundi 5 oct 2015 à 22:31

    D'ici à 2030., la population de l'Inde sera multipliée par 1,3 à 1,5Tous les dirigeants actuels seront au tapis . Une fumisterie , cette COP21 , destinée à rassurer le chalandPersonne ne sait exactement la cause d'un éventuel réchauffement La durée prise en compte est trop courte