Cliff diving : ces merveilleux fous volants

le , mis à jour à 11:27
0
Cliff diving : ces merveilleux fous volants
Cliff diving : ces merveilleux fous volants

Son Bob Bleu vissé sur la tête, il jongle, concentré. Paisible. Il envoie tournoyer dans les airs des balles colorées, un sourire enfantin dessiné sur son visage. On ne se doute pas que, bientôt, ce sera lui qui s'envolera, depuis une plate-forme juchée au sommet de la tour Saint-Nicolas, à 27 m de haut, dans le ciel bleu de La Rochelle (Charente-Maritime).

 

Gary Hunt, quintuple champion du monde de plongeon de haut vol, participe à l'étape française du Red Bull Cliff Diving (littéralement « plongeon de falaise »). La quatrième des neuf que compte le circuit. Le Britannique, installé à Montreuil (Seine-Saint-Denis), domine ces dernières années les treize autres athlètes de l'élite de la discipline.

 

Autour du vieux port, 75 000 personnes sont venues assister au grand spectacle. Cette affluence réjouit Orlando Duque, légende vivante du cliff diving aux 13 titres de champion du monde. « C'est ce qui rend la compétition si spéciale ici, confie le Colombien. Il y a un monde fou et leurs cris nous donnent du courage, c'est fantastique. » Sylvie, Parisienne en vacances, est la première à encourager. « Je crie de toutes mes forces, il faut être à la hauteur de leur show ! » s'exclame-t-elle. Son fils, Lucas, 8 ans, ne peut s'empêcher d'être inquiet : « Ils sautent de très, très haut, c'est dangereux s'ils tombent sur la tête. »

 

Qu'il se rassure : ici, pas question de plonger la tête la première. Seuls les pieds peuvent convenablement amortir le choc, très violent, à près de 90 km/h. « Les risques sont immenses. Si l'on ne pénètre pas dans l'eau verticalement, on peut se blesser gravement. C'est comme si un boxeur nous attendait en bas, prêt à frapper », indique Gary Hunt. « On a toujours peur là-haut. Celui qui prétend le contraire est un menteur », ajoute Cyrille Oumedjkane.

 

 

 

17 h 50. Sous un soleil de plomb, les spectateurs dansent au rythme des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant