Clichy : inquiétude après deux suicides d'agents travaillant pour la commune

le
2
Conseillers municipaux et représentants syndicaux alertent sur les conditions de travail du personnel de Clichy-la-Garenne, après deux suicides. Un député des Hauts-de-Seine a écrit au premier ministre à ce sujet, la mairie dénonce un amalgame.

Les raisons qui ont poussé une employée municipale de 59 ans à s'immoler devant son lieu de travail le 19 août à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, font encore débat. Mais pour beaucoup, cet événement révèle un problème de fond dans l'encadrement du personnel exerçant sur la commune. Avant cette femme, directrice du Centre local d'information et de coordination pour l'insertion des personnes âgées (Clic), un organisme rattaché à une structure intercommunale, un employé de la ville s'était donné la mort 18 mois auparavant. Il avait été retrouvé pendu dans les sous-sols de l'Hôtel de Ville. En cinq ans, on compterait également plusieurs tentatives de suicide.

Les deux victimes connaissaient toutes deux des ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 29 aout 2013 à 19:48

    ON ATTEND TJRS LA RÉPONSE DU GVT ???...Ils étaient plus pressés pour le mariage homos, et la signature de la promulgation en l'espace d'un WE ?!!!... Bande de POUR-RIS !...

  • mlaure13 le jeudi 29 aout 2013 à 19:44

    T.Solère, député UMP des H / S, a adressé au premier ministre J-M Ayrault une question écrite à ce sujet: On ne peut pas laisser 2000 ag/ municipaux après un tel drame, jugeant effrayant de s'abriter derrière le syndic/ intercom pour dire qu'on n'est pas responsable. Dans n'importe quel organisme, public ou privé, ne doit-on pas réagir quand deux suicides surviennent en dix-huit mois? Il estime qu'il faut qu'il y ait une réaction, et si elle ne vient pas de la mairie, c'est à l'État de réagir