Cleveland : les séquestrées seraient tombées enceintes cinq fois

le
0
Cleveland : les séquestrées seraient tombées enceintes cinq fois
Cleveland : les séquestrées seraient tombées enceintes cinq fois

Une partie du mystère a été levée sur le sort de trois jeunes Américaines, disparues il y a dix ans et retrouvées lundi à seulement quelques kilomètres du lieu où elles avaient été enlevées à Cleveland (Ohio, nord-est). Leur libération et l'arrestation de trois suspects a mis fin à des années d'attente de leurs proches et a été accueillie avec stupeur par le voisinage dans ce quartier résidentiel et paisible de cette ville ouvrière.

L'une des personnes libérées, Amanda Berry, a déclaré que l'homme qui l'a détenue s'appelait Ariel Castro. Les médias ont identifié les personnes arrêtées comme étant celui-ci et deux de ses frères, Pedro et Oneil. La police a confirmé ces noms en début d'après-midi au cours d'une conférence de presse sur l'avancée de l'enquête. Elle a refusé de rentrer dans les détails mais n'écarte pas la possibilité que l'enquête ait des ramifications nationales. Selon les enquêteurs, la petite fille retrouvée est bien la fille d'une des séquestrées, Amanda Berry.

Selon la chaîne NBC qui cite des sources policières, les prisonnières ont été violées par leurs bourreaux et sont tombées enceintes «jusqu'à 5 fois». Seul le bébé d'Amada Berry aurait survécu. Elles étaient également battues. Toujours selon ce média, les enquêteurs se penchent sur la présence de «poussière suspecte» dans le jardin comme si la terre avait été retournée pour enterrer quelque chose.

Revivez les événements de la journée minute par minute :

16h25. Le fils du principal accusé avait consacré un article à la disparition de Gina DeJesus. Ariel «Anthony» Castro s'est déclaré «extrêmement choqué» par l'arrestation de son père d'autant plus qu'il avait écrit un article sur la jeune fille pour un journal étudiant en 2004. Il avait même interviewé la mère de la victime d'après USA Today.

15h50. La maison, où étaient gardées les jeunes femmes, était sous la menace d'une...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant