Cleveland : le côté obscur de la famille Castro

le
1
Cleveland : le côté obscur de la famille Castro
Cleveland : le côté obscur de la famille Castro

Comment ont-ils trompé leur monde pendant une décennie ? Ariel, Onil et Pedro Castro, âgés respectivement de 52, 50 et de 54 ans, les trois frères suspectés de l'enlèvement et de la séquestration de trois jeunes femmes disparues depuis une dizaine d'années, à Cleveland dans l'Ohio (nord), devaient être interrogés mercredi et formellement accusés dans la soirée. Leur arrestation a choqué le quartier résidentiel où la famille Castro était historiquement connue comme de bons voisins, au moins en apparence.

Mais depuis que la police a appréhendé le trio, les langues des habitants du quartier de Seymour Avenue se délient et l'image d'une famille normale bien intégrée s'effrite au fil des heures. L'enquête aborde à peine les conditions de détention et les traitements subis par les trois jeunes séquestrées, mais plusieurs détails sur le passé des accusés remontent à la surface.

Plusieurs générations de Castro au passé trouble

Les Castro, originaires de Porto Rico, avaient été l'une des premières familles hispaniques à s'installer dans cette ville industrielle après la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs d'entre eux ont lancé leurs propres entreprises avec succès, comme le rappelle le journal local. Mais un ami d'enfance des frères explique qu'il y «toujours des pommes pourries» dans un clan.

Ariel Castro, le propriétaire de la maison de l'horreur, était un bon citoyen qui n'hésitait pas offrir des tours de moto aux gamins du quartier. Il avait racheté cette maison à son oncle en 1992. Sous le vernis social se cache une personnalité trouble. Il avait été arrêté en 1993 pour violences domestiques mais n'avait pas été inculpé. En 2005, une femme, avec qui il avait eu trois enfants, avait porté plainte en l'accusant de l'avoir battu et menacé de mort, elle et ses trois enfants. Une information de la chaîne WKYC-TV, qui a obtenu une copie de la plainte enregistrée. Il lui aurait, entre autres,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 8 mai 2013 à 15:01

    Des vrais têtes de tarés.