Cleveland : la caution d'Ariel Castro fixée à 8 millions de dollars

le
0
Cleveland : la caution d'Ariel Castro fixée à 8 millions de dollars
Cleveland : la caution d'Ariel Castro fixée à 8 millions de dollars

Ariel Castro, 52 ans, principal suspect dans l'enlèvement et la séquestration de trois jeunes femmes durant une dizaine d'années à Cleveland, a comparu pour la première fois jeudi en milieu de journée (8 h 30 du matin heure locale) devant le tribunal de l'Ohio. Ce chauffeur de bus au chômage depuis novembre est inculpé pour l'enlèvement et le viol d'Amanda Berry, Gina DeJesus et Michelle Knight, découvertes lundi soir dans sa maison. Le juge a fixé à 8 millions de dollars (6 millions d'euros) le montant de la caution pour bénéficier d'une remise en liberté avant le procès.

Ce jeudi, sur les télévisions du monde entier, Ariel Castro est apparu menotté, les yeux rivés au sol, vêtu d'un blouson de couleur sombre. Il ne s'est pas exprimé durant cette audience, qui a duré quelques minutes. La tête penchée, il a évité les regards et n'a manifesté aucune réaction. Il a signé les documents de justice les mains menottées, avant d'être sorti de la salle d'audience.

Ses deux frères, Pedro (54 ans) et Onil (50 ans), interpellés en même temps que lui, n'ont pas été inculpés dans ce dossier. «Rien ne nous permet de croire qu'ils étaient impliqués ou étaient au courant» des agissements de leur frère, a déclaré le chef adjoint de la police de la ville, Ed Tomba, mercredi, lors d'une conférence de presse. «Nous n'avons trouvé aucune preuve qui les lie à ce crime», a-t-il insisté. Les deux frères vivaient dans une autre maison en banlieue de Cleveland. Ils hébergeaient Ariel depuis son divorce, ce qui laisse supposer qu'il n'utilisait la maison que comme prison pour les trois captives.

Enfermées sans interruption pendant plus de 10 ans

Le procureur a précisé que les trois jeunes femmes séquestrées n'avaient jamais quitté la propriété d'Ariel Castro durant la dizaine d'années où elles y ont été enfermées. Selon Ed Tomba, les trois femmes ne seraient sorties de la maison qu'à deux brèves reprises,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant