Cleveland : Ariel Castro plaide non coupable

le
0
Cleveland : Ariel Castro plaide non coupable
Cleveland : Ariel Castro plaide non coupable

Sans surprise, Ariel Castro, inculpé pour la séquestration et viol pendant une décennie de trois jeunes Américaines dans sa maison de Cleveland (Ohio, nord des Etats-Unis), a plaidé «non coupable» de toutes ces accusations, mercredi à son procès, par la voix de son avocat. Celui qu'on surnomme le tortionnaire de Cleveland comparaît ce mercredi devant un juge qui doit lui signifier les 329 chefs d'accusation qui pèsent contre lui, dont la mort d'un f?tus de l'une de ses victimes.

Ariel Castro, 52 ans, s'est présenté en tenue orange de prisonnier devant un tribunal de Cleveland. Il n'a pas pris la parole, gardant la tête baissée pendant que ses avocats indiquaient brièvement en son nom qu'il souhaitait plaider non coupable, comme l'avait déjà laissé entendre l'un d'entre eux, Me Jaye Schlachet, il y a un peu moins d'un mois.

329 chefs d'accusation contre Ariel Castro

Un grand jury a retenu la semaine dernière 329 chefs d'accusation contre le tortionnaire, dont ceux d'enlèvement, de viol et de meurtre aggravé pour avoir provoqué la fin de la grossesse de l'une de ses captives notamment en la frappant dans le ventre. Ce chef d'inculpation de meurtre, parce qu'il est aggravé par l'accusation d'enlèvement qui pèse aussi sur lui, vaut à Ariel Castro d'encourir la peine de mort. Le procureur Timothy McGinty a déjà annoncé son intention de requérir la peine capitale.

De leur côté, les défenseurs d'Ariel Castro disent toutefois s'interroger sur l'existence de suffisamment d'éléments «médico-légaux» pour prouver que leur client est bien coupable d'avoir mis de force fin à ces grossesses. «Nous avons espoir de parvenir à un accord pour éviter d'avoir un procès, qui n'est pas nécessaire, portant autour de cette inculpation pour meurtre aggravé et de la peine capitale», a déclaré Craig Weintraub mercredi à des journalistes.

Ariel Castro avait été arrêté début mai, après qu'une de ses victimes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant