Clés ou portable égarés : on perd deux mois dans sa vie à les chercher

le
0
Clés ou portable égarés : on perd deux mois dans sa vie à les chercher
Clés ou portable égarés : on perd deux mois dans sa vie à les chercher

Clés égarées, téléphone oublié, un vêtement oublié... En moyenne, les français passent jusqu'à 2 h 30 tous les mois pour tenter de remettre la main sur ces objets du quotidien qui ont la fâcheuse tendance à se cacher au fond d'un sac ou entre les sièges de la voiture. Selon une enquête Ipsos pour le compte de la société d'objets connectés Wistiki, 86% des français déclarent déjà avoir perdu du temps. «Cette perte de temps mensuelle ramenée à l'échelle d'une vie équivaudrait à deux mois. Si nous poussons le raisonnement plus loin et ramenons cela à une donnée économique, cela représenterait même jusqu'à 11,5 milliards d'euros de perte chaque année en France si on valorise le temps perdu au taux horaire SMIC», explique Bruno Lussato, co-fondateur de la société Wistiki.

La perte d'objet est source de stress

La perte de ses affaires n'est pas sans conséquence sur le bien-être des Français ! Ils sont ainsi 53% à déclarer la recherche de leurs affaires comme une véritable source de stress engendré principalement par la peur d'être en retard. 12% des Français avouent être déjà arrivés en retard à un rendez-vous professionnel à cause d'un objet égaré. 4% des Français ont raté un voyage à cause de cela ! Selon ce sondage, les femmes sont plus anxieuses que les hommes dans cette situation (59% au lieu de 49%). La perte d'un objet peut aussi être source de tension dans le couple. Un tiers des français considèrent leur conjoint comme tête en l'air. Ce défaut est évoqué par 38% des femmes à propos de leur conjoint et 29% des hommes vis-à-vis de leur compagne.

Le palmares des objets oubliés

61% des Français avouent avoir déjà égaré leur clé, 59% leur téléphone et 41% leurs gants, bonnet ou encore écharpe... Les têtes en l'air le sont généralement plus souvent en soirée: 25% des Français ont déjà oublié leur affaires après une sortie nocturne ou dans les transports dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant