Clément Grenier n'exclut pas de ne jamais quitter l'OL

le
0
Clément Grenier n'exclut pas de ne jamais quitter l'OL
Clément Grenier n'exclut pas de ne jamais quitter l'OL
Actuellement en rééducation à Saint-Raphaël après avoir été opéré d'une pubalgie, Clément Grenier espère rejouer d'ici la fin novembre. En attendant, le meneur de jeu tricolore a confié au Progrès son attachement à l'OL, qu'il pourrait ne jamais quitter.

Clément Grenier dans la peau de Sylvester Stallone. Le milieu offensif de 23 a accordé au Progrès un entretien à l'issue d'une séance de punching-ball rythmée par la musique du film Rocky. Loin de Tola Vologe, le centre d'entraînement de l'OL, il soigne tranquillement sa pubalgie, opérée le 26 août dernier, au Centre européen de rééducation du sportif de Saint-Raphaël (Var). Un lieu qui lui permet de relativiser sur sa blessure, qui le prive des terrains depuis maintenant un mois et demi. « J'ai une chance énorme de faire ce métier. On n'a pas envie de se blesser mais je l'ai vu ici, des personnes ont des soucis bien plus importants que les miens, a affirmé le meneur de jeu au quotidien rhodanien. Une infection, une blessure, je loupe la Coupe du Monde, c'est rageant. Mais c'est arrivé à d'autres. Didier Deschamps (le sélectionneur tricolore) me l'a parfaitement expliqué. Maintenant, je sais que je vais rejouer au foot. Psychologiquement, ça n'a pas de prix. »

Alors qu'il croise quotidiennement son coéquipier chez les Bleus Olivier Giroud, lui aussi en rééducation au CERS, Clément Grenier espère effectuer son retour d'ici le derby face aux Verts, prévu le 30 novembre prochain (15eme journée de L1). « Je vais essayer de revenir avant la trêve. C'est vrai que je pense au derby. Il arrive dans la période où je devrais être plus au moins soigné. Je n'ai plus de douleurs. Je suis dans la phase de renforcement et de travail physique. » Le natif d'Annonay reconnaît que sa présence dans le Sud de la France lui est plus profitable qu'aux abords de Gerland : « Je connais mon impatience, mon caractère. Et j'ai envie de retrouver les terrains rapidement. Le fait de rester à Tola Vologe m'aurait peut-être desservi. En voyant les potes partir sur le terrain sans moi, j'aurais peut-être brûlé les étapes... »

En fin de contrat en juin 2016 avec la formation entraînée par Hubert Fournier, le n°7 lyonnais a également déclaré sa flamme à son club où il est professionnel depuis l'été 2008 : « C'est très dur de regarder les matchs. Mais je suis fan de sport, fan de foot et surtout fan de l'OL. Quand je ne joue pas, je suis un supporter mais il faut voir... Je suis derrière mes potes, affirme-t-il. Ils savent que je suis avec eux. Je n'ai pas loupé un match. » Quant à l'avenir, dur pour lui d'y voir plus clair. « Je suis attaché à l'OL. Je suis arrivé, j'étais un gamin. L'OL m'a formé dans le foot mais aussi dans ma vie privée. Je suis devenu adulte. Je lui dois beaucoup. Après, ça va très vite. Il faut faire sa carrière aussi. On fera un choix en accord avec le club. Je vais me soigner et défendre mes couleurs. Combien de temps ça durera ? Je ne sais pas. Peut-être que je vais rester tout le temps de l'OL. » Entre un départ dans les prochains mois ou une carrière à la Francesco Totti, Clément Grenier devra bientôt trancher.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant