Clearstream : pour Rondot, Villepin n'a pas «monté de complot»

le
0
Mercredi lors du procès Clearstream, le témoignage de l'ancien maître espion a été plutôt favorable à l'ex-premier ministre.

Tandis que le général Rondot se met au garde-à-vous -ce n'est pas qu'une expression- à la barre, les rangs des avocats s'ébrouent. Surtout ceux de Dominique de Villepin, trop expérimentés pour sous-estimer la dangerosité d'un témoin. Me Luc Brossolet a saisi la chemise «Audition Rondot» posée devant lui, Me Olivier Metzner veille au grain, yeux mi-clos, tandis que l'ancien premier ministre masque sa concentration sous un air dégagé. Philippe Rondot, 74 ans, se présente: «Officier général 2e section». «À la retraite?», s'enquiert la présidente qui n'a peut-être pas encore pris toute la mesure du personnage. La politesse prend cependant le pas sur la condescendance: « Pas tout à fait. Quand on est officier général, on reste à la disposition du ministère de la Défense.»

Jean-Louis Gergorin était «de bonne foi»

Pendant l'affaire Clearstream, Philippe Rondot était donc conseiller «pour le renseignement et les opérations spéciales» au cabinet de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant