Clearstream : ouverture du procès en appel 

le
0
Dominique de Villepin, Jean-Louis Gergorin et Imad Lahoud s'expliquent à nouveau sur la ténébreuse affaire.

Un procès plus technique, avec moins de coups tordus et davantage de droit... La promesse, répétée ces derniers jours d'avocat en magistrat, n'engage à rien alors que le procès Clearstream s'est ouvert ce lundi devant la cour d'appel de Paris. Il est vrai que la première audience, à l'automne 2009, avait atteint des sommets. D'emblée, Dominique de Villepin avait planté le décor avec son désormais fameux «Je suis ici par l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy.» «Oubliant» la présomption d'innocence, le président de la République avait rétorqué plus tard de New York : «Deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel.» Mais la donne a changé. Nicolas Sarkozy n'étant plus partie civile, le procès devrait moins se figer dans ce combat entre deux hommes qui avait monopolisé l'arène.

Le contexte politique a aussi évolué. L'ancien premier ministre, qui se déclare «serein», a créé sa «Ré

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant