Clearstream : Lahoud passe à l'offensive

le
0
À l'ouverture du procès en appel, lundi matin, le mathématicien condamné en première instance, Imad Lahoud, a chargé ses deux coprévenus, Dominique de Villepin et Jean-Louis Gergorin.

Quand un procès commence cahin-caha, il n'existe pas trente-six façons de s'occuper. Rien de très original pour tuer le temps: les téléphones portables, même en mode silencieux, permettent aux avocats de rester connectés. Chacun pianote discrètement sur son écran, l'un d'eux envoie ses messages instantanés sur Twitter. Le monde se réveille avec la mort de Ben Laden et, soudain, les petits secrets du scandale Clearstream paraissent un peu fades... Dominique de Villepin ne s'y est pas trompé qui, avant d'entrer lundi dans le prétoire, choisit son registre favori, solennel: «Ce matin, je ne pense pas à moi mais aux milliers d'hommes et de femmes tombés sous les coups d'Oussama Ben Laden.» De l'autre côté des portes, facétieux, Me Francis Szpiner amuse ses confrères: «Ils ont assassiné Ben Laden pour qu'il ne révèle pas les liens entre Imad Lahoud et Jean-Louis Gergorin!»

La voix douce et juvénile

Il faut attendre l'après-midi pour entrer dans le vif du suje

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant