Clear Channel suspend la vente de ses actifs européens-sources

le
0

(Actualisé avec citations, contexte) par Freya Berry LONDRES, 2 février (Reuters) - L'américain Clear Channel Outdoor CCO.N a suspendu la vente de son activité de publicité extérieure en Europe en raison de la faiblesse de l'euro face au dollar, a-t-on appris lundi de cinq sources au fait de la décision. Reuters a rapporté fin 2014 que la maison-mère de Clear Channel, iHeartMedia, fortement endettée, cherchait à se séparer de ses actifs européens dans le cadre d'une opération susceptible de lui rapporter plus de 2,5 milliards de dollars. Le français JCDecaux JCDX.PA , numéro un mondial de la publicité extérieure, a étudié le dossier, selon des sources. ID:nL6N0TS442 L'entreprise américaine juge désormais que l'environnement économique n'est plus favorable à une telle opération, l'euro étant tombé à un creux de plus de 11 ans face au dollar. "Vous ne pouvez pas prendre le produit de la vente pour rembourser (une dette) en dollars si les actifs que vous vendez sont en euros", a dit l'une de ces sources ayant requis l'anonymat en raison du caractère confidentiel de l'opération. Déjà pénalisé par la faiblesse de la croissance économique dans sa zone, l'euro n'a cessé de s'affaiblir face au dollar avant le lancement en janvier d'un vaste programme de rachat d'actifs par la Banque centrale européenne (BCE), qui l'a fait plonger à un plus bas depuis 2003. Numéro deux mondial derrière JCDecaux d'un secteur en pleine consolidation, Clear Channel pourrait tout de même envisager à nouveau une vente de ses actifs européens à l'avenir, a-t-on précisé de mêmes sources. IHeartMedia a refusé de s'exprimer sur le sujet. Aucun représentant de Clear Channel ou des établissements Moelis MC.N et Citi C.N , chargés de la conduite de cette vente, n'était joignable dans l'immédiat. IHeartMedia peine à réduire une dette proche de 20,5 milliards de dollars (18,11 milliards d'euros) depuis qu'elle a été retirée de la cote en 2008 par les fonds Bain et Thomas H. Lee Partners dans le cadre d'une opération à 19 milliards de dollars. Dans un secteur bouleversé par les panneaux publicitaires numériques et l'influence croissante des réseaux sociaux, les entreprises disposant de peu de liquidités risquent de souffrir d'un manque de réactivité pour s'adapter aux mutations en cours. La réforme de la fiscalité appliquée à la publicité extérieure l'an dernier aux Etats-Unis a en outre accru la puissance de feu des principales entreprises du secteur et les a incitées à passer à l'action sur un marché mondial où coexistent de nombreux acteurs de taille régionale. Reuters a rapporté en janvier que l'entreprise européenne Exterion Media Group, propriété du fonds spécialisé Platinum Equity, réfléchissait à des opérations stratégiques, notamment une importante acquisition. (Avec Liana Baker; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant