Claudiu le Français

le
0
Claudiu le Français
Claudiu le Français

Dans l'équipe de Roumanie figure un joueur parfaitement francophone qui a évolué un petit paquet de saisons en L1 et L2 : Claudiu Keserü, attaquant aux qualités humaines unanimement louées par ceux qui l'ont côtoyé et dont les Bleus devraient se méfier s'il est sur la pelouse et qu'ils concèdent un coup de pied arrêté…

Parti de France en janvier 2014 après y avoir passé une décennie, Claudiu Keșerü a gardé le goût des croissants – il expliquait récemment réussir à en dénicher là où il évolue actuellement en Bulgarie – et un parfait bilinguisme.
« Dans un vestiaire tu ne fais pas mieux, il était aimé de tout le monde, très gentil, hyper bien intégré. »Grégory Malicki
Il lui est resté des amis aussi parmi la foule de coéquipiers fréquentés à Nantes, Angers, Libourne, Tours et enfin Bastia où l'aventure hexagonale s'est finalement arrêtée prématurément en cours de saison 2013/2014. Parmi ceux-ci, il y a Grégory Malicki, que Keșerü a connu lorsqu'ils évoluaient tous les deux au SCO. " Claudiu, c'est un super mec, mais vraiment super, dit de lui l'ancien portier. On est restés en contact d'ailleurs. Dans un vestiaire, tu ne fais pas mieux, il était aimé de tout le monde, très gentil, hyper bien intégré. Tellement bien que comme il parle français sans accent, au début je croyais pas qu'il pouvait ne pas être français ! "


Keșerü est pourtant bien né en Roumanie, à Oradea, il y a bientôt 30 ans. Après une seule saison en pro dans le club de sa ville de naissance, il est repéré par Nantes, qui le signe en 2003. La recrue n'a pas 17 ans et va mettre une bonne saison avant que ne lui soit donnée sa chance de s'exprimer en Ligue 1, où le FCN évolue alors. Mais il peine à gratter du temps de jeu et à soigner ses stats : une grosse dizaine de buts dans l'élite avec le maillot canari, le tout entrecoupé de séjours en L2, avec Nantes lorsque le club descend en 2007, puis Libourne, Tours et finalement Angers, où il est d'abord prêté avant d'être transféré définitivement en 2009.

Un pied gauche magique


" La Ligue 1, c'était compliqué pour lui, pas parce qu'il n'avait pas le niveau, il l'avait selon moi, mais parce qu'il n'enchaînait pas assez les matchs : un coup titulaire, un coup sur le banc, quelques minutes…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant