Claude Guéant s'en prend au FN, "nationaliste et socialiste"

le
2
CLAUDE GUÉANT QUALIFIE LE FN DE PARTI "NATIONALISTE ET SOCIALISTE"
CLAUDE GUÉANT QUALIFIE LE FN DE PARTI "NATIONALISTE ET SOCIALISTE"

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, a estimé dimanche que le Front national n'était pas un parti républicain mais un parti "nationaliste et socialiste" en soulignant ses affinités avec les thèses extrémistes et racistes, voire néo-nazies.

Ce proche de Nicolas Sarkozy est accusé par la gauche de se rapprocher lui-même de certains thèmes du FN sur l'immigration et l'insécurité pour tenter de capter les voix du parti d'extrême-droite et répéter ainsi ce qui fut la clé du succès de l'UMP en 2007.

Sur Radio J, Claude Guéant a employé un ton très vif sur le FN, notamment à propos de l'exaltation par Marine Le Pen et son père Jean-Marie de l'écrivain Robert Brasillach, fusillé à la Libération pour collaboration avec l'occupant nazi.

"Le masque tombe, Marine Le Pen a essayé de donner des nouvelles couleurs au Front national (...) mais de temps à autre on sent que l'armure se fend et que le naturel revient", a-t-il dit, rappelant que Marine Le Pen s'était rendue dernièrement à un bal fréquenté par des néo-nazis à Vienne.

Il remarque que la candidate d'extrême-droite manie par ailleurs des thèmes à ses yeux socialistes sur les sujets sociaux. "Ce n'est pas un parti républicain de mon point de vue, c'est un parti qui est nationaliste et socialiste", a-t-il dit.

Il a toutefois estimé que l'éventuelle exclusion de l'élection de Marine Le Pen, si elle n'obtenait pas les 500 parrainages d'élus nécessaires, serait une "anomalie".

Le FN a réagi dans la soirée en demandant la démission de Claude Guéant pour avoir, selon lui, "insulté des millions de patriotes attachés à la Nation et à la République".

"Afin de faire oublier son bilan calamiteux en matière d'insécurité et d'immigration ainsi que ses saillies verbales provocatrices, monsieur Guéant vient d'insulter le FN en le qualifiant de parti nationaliste et socialiste", lit-on dans un communiqué de Louis Aliot, vice-président du FN.

"En utilisant le vocabulaire d'habitude utilisé par les associations antiracistes antidémocratiques, le ministre de l'Intérieur vient d'insulter plus de 20% de Françaises et de Français qui s'apprêtent à voter pour Marine Le Pen", ajoute-t-il.

Thierry Lévêque, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigot8 le lundi 27 fév 2012 à 19:09

    40% minimum pour le FN au premier tour ! grace à qui ? ceux qui ne font rien depuis 30 ans ...tout gratuit en France ...et ils sont ou les français ??? ils bossent pour ceux qui glandent ...

  • roux1238 le dimanche 26 fév 2012 à 19:33

    quel guignol ce gus