Claude Guéant regrette la mise en examen d'un policier

le
0
Pour le ministre, «il n'y a pas un policier de France qui tue de sang-froid quelqu'un, ça n'est pas possible».

Claude Guéant n'en démord pas: la mise en examen pour «homi­cide volontaire» du policier qui a tué, le week-end dernier, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), un multirécidiviste en fuite, est un choix «malheureux», a-t-il affirmé, ce vendredi, interrogé par BFM et RMC. Le ministre de l'Intérieur a, une fois de plus, regretté que le parquet n'ait pas fait appel de ces poursuites d'une exceptionnelle gravité à l'encontre d'un fonctionnaire agissant dans l'exercice de ses fonctions. Il a toutefois nuancé: «Je le regrette, mais c'est son libre arbitre», a-t-il déclaré.

L'homicide volontaire se caractérise pour l'intention délibérée de donner la mort. C'est une qualification «extrêmement lourde», a estimé le premier flic de France. Dans les forums de discussion de l'intranet du ministère de la Justice, ces deux derniers jours, nombre de magistrats échangeaient leurs points de vue sur l'affaire en pensant que le chef de mise en examen retenu était celui de l'act

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant