Claude Guéant : «Ces primes m'étaient versées mensuellement»

le
3
Claude Guéant : «Ces primes m'étaient versées mensuellement»
Claude Guéant : «Ces primes m'étaient versées mensuellement»

Directeur de cabinet au ministère de l'Intérieur de 2002 à 2004 puis de 2005 à 2007, ce proche de Sarkozy s'explique sur l'origine des factures payées en liquide ainsi que sur les 500000 ? trouvés sur son compte lors de perquisitions.

Quelle est l'origine de l'argent qui a servi à payer les factures retrouvées à votre domicile ?

CLAUDE GUÉANT. Les factures en question ont été réglées avec des primes de cabinet. Des primes en espèces ont en effet été versées aux fonctionnaires du ministère de l'Intérieur jusqu'en 2006.

La suppression des fonds secrets des ministères date de 2002?

C'est vrai pour le régime général sur les fonds dits secrets, mais pas pour le régime spécifique du ministère de l'Intérieur. Les « frais de police » n'ont été supprimés qu'en 2006.

Ces « frais de police », appelés officiellement « frais d'enquête et de surveillance », étaient réservés à des actes d'enquête?

C'est tout à fait inexact. Les « frais de police » étaient aussi à la base d'un régime spécifique de paiement de primes en liquide qui bénéficiait à des milliers de fonctionnaires. Je le répète, à des milliers. Dont les membres de cabinet. Ce régime a perduré pendant des dizaines d'années jusqu'à ce que nous prenions, Nicolas Sarkozy et moi-même, l'initiative d'y mettre un terme.

Quels étaient le montant et la fréquence de ces primes ?

Ces primes, dont je n'ai pas à révéler le montant, m'étaient versées mensuellement. Elles ne figuraient pas sur mes feuilles de salaire mais j'insiste sur le fait que les « frais de police » étaient inscrits au budget du ministère et qu'ils étaient évidemment connus des services fiscaux.

Certains membres de cabinet de l'époque disent n'en avoir jamais bénéficié?

Je n'ai pas d'explication, ce n'est pas moi qui les distribuais. Ce dont je suis certain, c'est que le système existait....

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 9 mai 2013 à 18:26

    On peut comprendre certaines primes pour des enquêtes particulières...mais de là, à se les approprier en "haut lieux"...C vraiment dé-gueu-lasse" ?!!!...

  • fquiroga le vendredi 3 mai 2013 à 09:01

    "Ils" ne se reposent jamais, toujours en train de se goinfrer....sur le dos des contribuables à qui "ils" donnent des leçons....

  • s.thual le jeudi 2 mai 2013 à 14:02

    il faut l abolition totale des primes ou versements occultes ou non justifiables,,,chez les elus ministres deputes senateurs etc ,,,pour le contribuable comment devoir justifier des le premier eur depense a tritr personnel alors que les elus depensent au titres de leur fonction de somme coquettes qu ils n ont pas a justifier dans bien des cas !meme regle pour tous point barre!d autant que certains beneficiaire ou pretendus comme tel n en voient pas la couleur!!