Claude Dilain, ancien maire PS de Clichy-sous-Bois, est mort

le
1
Claude Dilain, ancien maire PS de Clichy-sous-Bois, est mort
Claude Dilain, ancien maire PS de Clichy-sous-Bois, est mort

Claude Dilain, ancien maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), est décédé ce mardi matin à l'âge de 66 ans. Il sâ¤(TM)est éteint à lâ¤(TM)hôpital Georges-Pompidou (Paris) après plusieurs jours de coma, survenu après un malaise à Paris, précise-t-on dans son entourage.

Le parlementaire, pédiatre de profession, avait acquis une stature nationale au moment des émeutes de banlieue de lâ¤(TM)automne 2005, qui avaient débuté dans sa commune, après la mort de deux adolescents, Zyed Benna et Bouna Traoré.

Claude Dilain avait alors plaidé la cause de sa ville, sortie de lâ¤(TM)anonymat et devenue le symbole dâ¤(TM)une banlieue délaissée. A travers cela, il militait aussi pour ces «5 à 6 millions de personnes qui vivent dans des conditions indignes de la République et de sa devise». En 2008, il était devenu président de lâ¤(TM)association dâ¤(TM)élus «Ville et banlieue».

Cette banlieue, il y était né, fils dâ¤(TM)ouvrier grandi dans le quartier Bel-Air à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Devenu médecin, il avait choisi Clichy-sous-Bois pour y installer son cabinet en'78. Une petite ville, où les immeubles semblaient encore neufs, et pour laquelle il avait eu «un coup de foudre», comme il lâ¤(TM)expliquait dans «Chronique dâ¤(TM)une proche banlieue» livre publié en 2006 (Sock). Câ¤(TM)est là quâ¤(TM)il a commencé à sâ¤(TM)investir en politique. Après quatre années de combats contre le maire communiste de lâ¤(TM)époque, en «militant socialiste discipliné», il avait emporté les municipales en'95, bien que le Front national soit arrivé en tête au premier tour.

Resté maire de Clichy durant «seize ans, trois mois et vingt-trois jours», il avait soutenu des projets audacieux : il avait fait venir des photographes et écrivains en résidence, et défendu le projet dâ¤(TM)une villa Médicis au sein de sa commune. Il avait passé la main en octobre 2011 à son successeur et ami Olivier Klein, pour rejoindre le Sénat. Mais même depuis la très chic ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le mardi 3 mar 2015 à 10:31

    Son motif de gloire: avoir vu sa ville dévastée par les caillerats........