"Claude Bez était un personnage hautement cinématographique"

le
0
"Claude Bez était un personnage hautement cinématographique"
"Claude Bez était un personnage hautement cinématographique"

Ce lundi soir, France 3 Aquitaine met à l'honneur Claude Bez, le président qui a mené les Girondins de Bordeaux au sommet, avant de les entraîner dans sa chute. Laurent Tournebise, coréalisateur du documentaire, nous en dit plus sur cet homme hors du commun qui, dix-sept ans après sa disparition, fait encore débat.

Vous n'avez que 34 ans, comment vous est venue l'idée de réaliser un documentaire sur Claude Bez, que vous n'avez que très peu connu de son vivant ?
Mon père m'a nourri avec les histoires de ce personnage fascinant. Puis en 2010, lors de la grève des joueurs de l'équipe de France à Knysna, je me suis demandé de qu'aurait fait Claude Bez dans ce genre de situations. Est-ce qu'il serait monté dans le bus ? Donc, sans tomber dans le "c'était mieux avant", il me paraissait intéressant de revenir sur cette période, quand le football était fait de personnages truculents. Et Laurent Pédebernard, le coréalisateur, a cinquante ans, donc il est en plein dans la "génération Bez".

Le film a été difficile à monter, financièrement ?
Oui, on a eu recours à un crowdfunding en juillet 2015. Il nous a permis de recueillir 5000 euros, avec lesquels on a financé certains déplacements. Ensuite, le nerf de la guerre, c'est de trouver un diffuseur. Dès que vous l'avez, tout le reste suit, même si on a commencé à tourner et à recueillir des témoignages il y a deux ans, en commençant par le regretté Dominique Dropsy.


Quel est le but de ce documentaire ?
Nous ne voulions pas faire un film de spécialiste. Le projet, c'est que même les néophytes puissent comprendre l'histoire de Claude Bez, ce personnage haut en couleur, qui aujourd'hui serait complètement anachronique. Il n'y a désormais que Jean-Michel Aulas, dans un style plus édulcoré, qui peut se réclamer un peu de son héritage. Ce film, c'est l'histoire d'un président de club racontée comme un polar, avec l'ascension, la chute, et en toile de fond, les Girondins de Bordeaux et l'évolution du football.

Vous êtes nostalgique de l'ère Bez ?
Forcément, même si j'étais dans mes couches-culottes lorsqu'il était président des Girondins. Quand on nous en parle, on évoque l'âge d'or de Bordeaux. Le club était tout en haut, on ne peut qu'être nostalgique. Et puis, il y avait plus d'humanité, les rapports entre les joueurs, la direction, les…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant