Claude Bartolone (PS) élu sans surprise au "perchoir"

le
1
Claude Bartolone (PS) élu sans surprise au "perchoir"
Claude Bartolone (PS) élu sans surprise au "perchoir"

PARIS (Reuters) - Le député socialiste Claude Bartolone a été élu mardi sans surprise par ses pairs à la présidence de l'Assemblée nationale française, le "perchoir".

Claude Bartolone a obtenu dès le premier tour 298 voix contre 185 au candidat de l'UMP Bernard Accoyer, le président sortant. Sur 540 votants, il y a eu 55 bulletins blancs et nuls.

Le groupe Union des Démocrates et Indépendants (UDI, centriste) a voté blanc, de même que le groupe des écologistes, mécontent de ne pas avoir obtenu la présidence de la commission du Développement durable.

Elu pour la durée de la législature, soit cinq ans, Claude Bartolone devient ainsi protocolairement le quatrième personnage de l'Etat. Son élection marque l'ouverture de la législature issue des élections législatives des 10 et 17 juin.

Le député PS de la Seine-Saint-Denis avait été désigné jeudi dernier par le groupe PS pour être son candidat. Il avait recueilli 127 voix contre 59 pour Jean Glavany, 50 pour Elisabeth Guigou et 22 pour Daniel Vaillant.

"Je dois tout à la République et je veux lui rendre aujourd'hui ce qu'elle m'a donné", a dit Claude Bartolone en rappelant ses origines. "Un fils de prolétaire, un enfant de Tunis, né de père italien et de mère maltaise".

COPÉ À CÔTÉ DE COLLARD

"Vous représentez la plus grande fierté de ma vie. C'est en même temps qu'un honneur le règlement d'une dette envers mon pays", a dit le nouveau président de l'Assemblée aux députés.

"Je ferai tout pour m'en rendre digne et pour qu'ensemble nous fassions grandir encore dans notre pays, le goût de la loi, l'amour de la démocratie et la foi républicaine."

Selon la procédure, le doyen d'âge, l'UMP François Scellier, 76 ans, a présidé la séance entouré des six plus jeunes députés, dont Marion Maréchal-Le Pen, élue du Front national de 22 ans.

Un peu ému, le doyen a confié que sa mère, âgée de 100 ans. le regardait à la télévision.

Les députés sont assis par ordre alphabétique dans l'hémicycle ce qui donne parfois de curieux voisinages comme celui de Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, assis à côté du député frontiste Gilbert Collard.

Le prochaine séance, mercredi, sera consacrée à l'élection du bureau de l'Assemblée, c'est-à-dire des six vice-présidents, des trois questeurs et des 12 secrétaires.

Mardi prochain, le 3 juillet, les députés entreront dans le vif du sujet avec la déclaration de politique générale du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Emile Picy, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mardi 26 juin 2012 à 19:37

    Déjà un couac avec les verts!!! On vous l'aurait dit c'est la m erde.