Classique et blues à Nantes pour la Folle Journée du "Nouveau Monde"

le
0
"La Folle journée" de Nantes 2014 débute le 29 janvier LMY&R
"La Folle journée" de Nantes 2014 débute le 29 janvier LMY&R

(AFP) - Classique, blues, comédies musicales ou musiques de film envahissent la Cité des congrès de Nantes à partir de mercredi pour "La Folle journée", qui consacre sa vingtième édition au "Nouveau Monde", un panorama de la musique américaine depuis 1860.

Avec 296 concerts assurés jusqu'à dimanche par 1.800 musiciens et chanteurs, la Folle Journée entend réaffirmer son statut de grand festival populaire de musique classique.

Créée en 1994 par René Martin, qui organise également le très select festival de piano de la Roque d'Anthéron (Bouches-du-Rhône), la "Folle Journée" est devenue au fil des ans un "ovni" qui rassemble néophytes, mélomanes avertis, divas et débutants prometteurs.

Outre une place importante accordée aux enfants - pour les groupes scolaires les concerts ne reviennent qu'à 5 euros la place - le grand public a accès aux concerts comme aux spectacles pour des prix allant de 2 à 25 euros.

Il ne restait plus que 8.000 billets à vendre mardi sur 145.000 mis en vente début janvier, certains mélomanes n'ayant pas hésité, à l'ouverture des billetteries, à faire la queue de nuit pour être sûrs de pouvoir entendre leurs artistes favoris, dans l'une des dix salles, de 80 à 1.900 places, consacrées au festival.

Pour cette édition intitulée "Des canyons aux étoiles", une cinquantaine de compositeurs américains ou ayant composé aux Etats-Unis seront interprétés.

Le classique sera bien présent mais élargi, spécificité américaine oblige, au jazz, au blues, au negro-spiritual, aux comédies musicales de Broadway et aux musiques de films.

Barbara Hendricks chantera du jazz, accompagnée du pianiste Mathias Algotsson.

La création classique américaine sera abordée au travers des "racines du nouveau continent" avec George Gershwin ou Leonard Bernstein, mais aussi de nombreux autres compositeurs aux noms moins connus.

La dimension particulière de "terre d'accueil" des Etats-Unis sera illustrée avec des oeuvres de grands compositeurs ayant connu l'exil, temporairement ou définitivement, comme Rachmaninov, Prokofiev ou Stravinsky.

En 2013, 145.000 billets avaient été vendus.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant