Classes préparatoires : profs et élèves manifestent contre la réforme Peillon

le
3
Classes préparatoires : profs et élèves manifestent contre la réforme Peillon
Classes préparatoires : profs et élèves manifestent contre la réforme Peillon

Les profs de classes préparatoires voient rouge. Alors que Vincent Peillon veut changer leurs conditions de travail, trois syndicats d'enseignants ont été reçus ce lundi au ministère de l'Education nationale. Tous contestent en effet le projet de décret du ministre visant à relever leur volume minimal d'heures passées devant les élèves et à rogner sur le paiement de leurs heures supplémentaires dans le cadre de la réforme des métiers de l'Education.

Environ 700 professeurs et étudiants de ces classes littéraires, scientifiques ou économiques, qui préparent, en deux ans après le bac, aux concours des grandes écoles ont ainsi manifesté lundi à Paris. Les syndicats doivent par ailleurs décider du maintien ou non du préavis de grève pour le 9 décembre et une pétition a été lancée sur Internet. Plus de de 31 000 personnes l'ont déjà signée.

Soutiens politiques

«L'objectif est d'harmoniser des situations disparates entre les enseignants de classes préparatoires», a défendu le ministère de l'Education à l'issue de la rencontre avec les syndicats. Il ne s'agit «en aucun cas d'opposer une catégorie d'enseignants aux autres», a-t-il précisé avant de rassurer: «Pour prendre en compte le travail spécifique lié aux classes surchargées, le ministère a proposé une indemnité de 3 000 euros annuels» pour les enseignants exerçant au moins 4 heures devant plus de 35 élèves.

L'obligation réglementaire de service (ORS) de ces enseignants est portée à 10 heures hebdomadaires pour tous. Actuellement, ces dix heures sont «déchargeables» de deux heures, une heure pour les enseignants de deuxième année et une heure au moins pour ceux qui ont des classes de plus de 35 élèves. «Il y a des progrès significatifs», ont donc estimé Daniel Robin du Snes-FSU et Jean-Rémy Girard du Snalc. Mais ces avancées sont «en-deçà» des attentes et «certains enseignants restent lésés».

Le ministère envisagerait de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fpelu le mardi 3 déc 2013 à 04:36

    M870869, c'est exactement ce que je me disais.Ils vont tout détruire.Seule solution qui reste : privatisation de l'enseignement.

  • M8703869 le lundi 2 déc 2013 à 23:29

    Pour une fois qu'un système fonctionne, fait l'unanimité en France et s'exporte très bien à l'étranger, ces gugusses ne trouvent rien de mieux à faire que de le saboter...

  • crcri87 le lundi 2 déc 2013 à 22:56

    C'est scandaleux j'ai toujours eu en prepa des professeurs très travailleurs jamais malades et responsables de leurs résultats.Je ne pourrais pas en dire autant de certains profs de fac.Quant aux instituteurs on passe du pire au meilleur.Ma petite fille il y a trois ans a eu, tenez vous bien, en CM2 pas moins de 11 maîtresses ( je dis ONZE )sur une année scolaire.Des fessées qui se perdent. Peillon verra même des enseignants voter Marine !! Il a fait quoi Peillon comme études ?