Classement Pisa : le recul de la France doit «servir d'électrochoc», selon Ayrault

le
23
Classement Pisa : le recul de la France doit «servir d'électrochoc», selon Ayrault
Classement Pisa : le recul de la France doit «servir d'électrochoc», selon Ayrault

Les réactions fusent après la publication ce mardi de l'enquête Pisa qui compare les systèmes éducatifs des pays de l'OCDE et dans lequel la France perd trois places par rapport au précédent classement de 2009. Tous les trois ans, le bulletin de notes de l'enquête Pisa réalisée par l'OCDE sert de référence pour les gouvernements pour mesurer l'efficacité de leur système éducatif. Cette étude, dévoilée ce matin à 11 heures, évalue les performances des élèves de 15 ans dans 65 pays et dans des pays ou territoires émergents de plus en plus nombreux de l'Asie du Sud-Est (Taïwan, Singapour, Shanghaï...), sur la lecture, les mathématiques et les sciences. Même si l'élève France n'a pas un bonnet d'âne en se situant globalement dans la moyenne des pays de l'OCDE, il pointe désormais à la 25 ème position. Florilège d'appréciations et réponse des socialistes.

Les syndicats espèrent un «choc Pisa»

La FSU pour une discrimination politique. Pour la première fédération de l'éducation, l'école française est «plus que jamais face au défi des inégalités sociales». Le syndicat demande «une réelle transformation du système éducatif: L'école doit être pensée en priorité pour les jeunes qui en sont les plus éloignés» avec «une politique ambitieuse de discrimination positive».

Le SNUipp-FSU appelle à la grève. Le premier syndicat du primaire demande «un renouveau de la formation continue, (...) un déploiement significatif du "plus de maîtres que de classes" et l'amélioration des conditions d'exercice du métier». Selon le SNUipp-FSU, «notre école ne peut pas attendre les rentrées 2015 voire 2016» pour des «changements à grande échelle». Le syndicat appelle ainsi à la grève jeudi car le «diagnostic est inquiétant».

Le Snalc espère un «choc Pisa». Le deuxième syndicat le plus représenté chez les professeurs du second degré réclame un «recentrage sur les fondamentaux» et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le mercredi 4 déc 2013 à 15:19

    Vu la pléthore d'enseignant et le budget de ce ministère ils feraient mieux de se demander pourquoi cela M...

  • lorant21 le mercredi 4 déc 2013 à 13:16

    Et dire qu'on y met 30 milliards de plus qu'en Angleterre ou en Allemagne.. pour ce résultat plutôt minable. Mais, bon, plutot que de faire un constat, le Mammouth et ses syndicats va faire grève et demander encore plus d'argent.

  • mlaure13 le mercredi 4 déc 2013 à 00:06

    Quand on prend le temps d’analyser les chiffres en rapport des Pays, on voit tout de suite qu’elle en est la raison…Par contre, on peut dire qu’on est même bien placé, pour un Pays qui recueille le plus de chienlit du monde, et dont on veut en faire une chance pour la France, en tirant son éducation et économie vers le bas !...Et effectivement, ça donne des électeurs à un certain Parti, qui, sans ces derniers, serait pratiquement inexistant. FRANCE...ou est ton rayonnement ?...

  • sarestal le mardi 3 déc 2013 à 20:04

    Entre 2000 et 2013 la population est passée de 60 à +67 millions. On obtient les résultats qui correspondent à nos choix. Ceux qui contredisent peuvent interroger les jeunes profs qui débarquent en pleine jungle.

  • mucius le mardi 3 déc 2013 à 18:27

    Il faudrait d'abord lui mettre à lui les électrochocs : ça le réveillerait. Quant à l'EducNat, la solution c'est : décentraliser, privatiser, responsabiliser au résultat. Mais c'est impossible : ces profs foncs sont foutus!

  • quibe le mardi 3 déc 2013 à 18:21

    Heureusement que notre Jean-Marc Blaireau veut faire "une réforme qui n'écartera personne" , c'est à dire que bientôt 60% des jeunes qui rentreront en 6ème ne sauront ni lire ni compter ... c'est ça l'uniformité par le bas !

  • kerken le mardi 3 déc 2013 à 18:04

    Bof ! très simple pour améliorer la situation 1 - suppression des associations de parents d'élèves 2 - suppression des syndicats

  • Urfee le mardi 3 déc 2013 à 18:00

    Il faut éjjaculer Peillon !!!

  • M3155433 le mardi 3 déc 2013 à 17:57

    trainer le plus longtemps possible des mauvais eleves qui ne veulent/peuvent pas faire du "général", mais seraient mieux ds du concret et du "manuel" , c'est couler l'ensemble des moyens eleves de leur classe. Seuls les bons eleves pourront travailler a coté (cours particuliers etc)et progresser normalement,mais en dehors des classes qui font du sur place , a cause de la classe unique , belle idee idéologique obsessionnelle et ...catastrophique ds le temps !

  • M3155433 le mardi 3 déc 2013 à 17:48

    le recul de la France doit «servir d'électrochoc», selon Ayrault ...Ils sont saoulant avec leurs mensonges et bla bla pour tromper les gens . Les politiciens français avaient dit exactement la meme chose devant les résultats Pisa 2009 ! !! L'allemagne avait eut un mauvais resultat anterieur et avait décidé suite a cet electrochoc des réformes...Qui ont été faites et ont bien réussi.Le mammouth français est figé par les syndicats.