Clash of Clans

le
0
Clash of Clans
Clash of Clans

Devenus monnaie courante dans le football européen, les succès du Shakhtar Donetsk n'en demeurent pas moins très récents, entre oligarchie, suprématie régionale et attentat.

Octobre 1995. Malgré la chute récente d'un communisme lui ayant octroyé sans effort les meilleurs joueurs du pays des décennies durant, le Dynamo Kiev règne toujours sans partage au sommet de la pyramide du football ukrainien. Le Shakhtar (les miniers, en vf) se veut devenir le nouvel empêcheur de gagner en rond et compte mettre toutes les billes de son côté avec Oleksandr Bragin à la tête du board. La région du Donbass alors en proie à de féroces luttes de gangs tentant de prendre le contrôle du juteux business local des énergies, le président, dont la vie a déjà été menacée, n'assiste plus aux matchs du club depuis quelque temps.

Le président du club victime d'un attentat


L'atmosphère du football lui manquant, Bragin décide cependant de faire une entorse à sa propre sécurité en se rendant dans la même journée à un match de la réserve puis, dans la foulée, à celui de l'équipe première qui reçoit le Tavria Simferopol, premier champion post-URSS. Toutes les mesures de précaution prises et le coup d'envoi de la rencontre déjà donné, Bragin n'attend pas son bras droit, Rinat Akhmetov, bloqué dans les embouteillages. Peu après avoir poussé la porte menant à la loge présidentielle du Shakhtar Centralnyi Stadion, une énorme explosion se fait entendre. Les spectateurs pensent d'abord à une pièce tombée du toit fraichement installé mais il n'en est rien. La rencontre est arrêtée, Bragin et quatre de ses gardes du corps ont péri dans l'attentat dont le doute sur l'identité des auteurs subsiste encore à ce jour.

Sans le savoir, le défunt avait néanmoins déjà pérennisé l'avenir du club en convaincant Rinat Akhmetov de s'engager à ses côtés au début des années 90. Amoureux de sa région natale, ce fils de mineur est d'abord réticent à l'idée de s'investir dans le football, avant d'y voir un vecteur de fierté dans une région industrielle à première vue peu attirante, et en particulier pour les joueurs de football. L'oligarque a fait fortune dans la sidérurgie au point de devenir l'homme le plus riche du pays et décide de doter le club d'infrastructures dignes des plus grands clubs européens dans l'espoir d'enfin parvenir à faire la nique au Dynamo Kiev. Des structures comprenant des terrains d'entraînement dernier cri certes, mais également un lac pour pêcher en paix ou…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant