Clap de fin pour les magnétoscopes après 60 ans d'une belle vie

le
0
Clap de fin pour les magnétoscopes après 60 ans d'une belle vie
Clap de fin pour les magnétoscopes après 60 ans d'une belle vie

Avis aux nostalgiques, le dernier fabricant de magnétoscopes dans le monde, invention qui a révolutionné l'usage de la télévision dans les années 1970 avant de devenir culte puis de lentement tomber dans les oubliettes, tire sa révérence. Le groupe japonais Funai Electric, seul sur ce créneau après le retrait de Panasonic en 2012, a annoncé cette semaine l'arrêt d'ici fin juillet de la production de ces appareils. S'ils ont disparu de la plupart des foyers, Funai en a étonnamment vendu encore 750.000 l'an dernier, notamment aux Etats-Unis, rien cependant comparé aux 15 millions d'unités écoulées au début des années 2000."Un de nos fournisseurs jugeait difficile de continuer à fabriquer un composant pour un aussi faible volume, ce qui nous a conduit à prendre cette décision", a expliqué à l'AFP un porte-parole de Funai Electric, dont l'usine se trouve en Chine.Bien qu'aucun communiqué officiel n'ait été publié, la compagnie a été assaillie d'appels depuis qu'a filtré l'information dans les médias locaux. Parmi eux, un bibliothécaire gardant dans ses rayons des cassettes vidéo ou des gens désireux de visionner de vieux souvenirs, même s'il est possible de les numériser pour pouvoir les lire sur ordinateur.Sur Twitter, les internautes affichaient leur nostalgie avec le hashtag "RIP magnétoscope". "C'est une tranche de vie qui disparaît, un marqueur du temps qui passe", estime Philippe Moati, co-fondateur de l?Observatoire société et consommation (Obsoco). "Quand il est rentré dans les foyers, c'était un événement car, avec lui, on n'est plus obligé de regarder la télé en même temps que les autres. C'est un nouveau moyen de contrôle qui ouvre la voie à la désynchronisation des rythmes sociaux, c'est la fin de la grand messe du film du dimanche soir", explique-t-il.Un phénomène qui n'a cessé de s'amplifier avec l'avènement de la vidéo à la demande: difficile aujourd'hui de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant