Claire Chaves d'Oliveira (Groupama AM) : « L'avalanche d'avertissements sur résultat témoigne du choc de confiance sur l'économie mondiale »

le
11
La crise européenne menace la stabilité de l'économie mondiale. L'été sera mouvementé sur les marchés actions qui devraient néanmoins progresser d'ici un an selon Claire Chaves d'Oliveira, responsable de la gestion Actions chez Groupama AM.

La saison des résultats trimestriels s'ouvre dans un climat conjoncturel déprimé. Qu'en attendez-vous ?

Claire Chaves d'Oliveira : Le ralentissement de la croissance mondiale se fait sentir dans des secteurs très différents. Nous avons enregistré de nombreux profit warning, aussi bien sur des valeurs de consommation (Danone, Nokia, Procter & Gamble etc.) que sur des valeurs industrielles (SKF, Saint Gobain, Vallourec, Arcelor etc.). Ces différents avertissements sur résultats mettent en lumière le choc de confiance à l'oeuvre en Europe. Nous attendons une baisse de 1% des bénéfices 2012 du MSCI Europe. En même temps, les déceptions sont déjà annoncées et nous ne sommes pas à l'abri de bonnes surprises.

Quel scénario principal retenez-vous ?

C.C.O : Nous privilégions un scénario central aboutissant à un règlement de la crise européenne dans la durée. Il faut simplement donner du temps à l'ajustement budgétaire pour ne pas étouffer complètement la conjoncture. Les investisseurs sont en attente de mesures fortes. Pour les dirigeants européens, il est cependant difficile de prendre des décisions qui ne produiront pas leurs effets dans l'immédiat et qui vont compromettre leur réélection. En exigeant plus d'intégration budgétaire, les marchés leur demandent aussi de renoncer à une partie de leurs prérogatives. Mais la gravité de la crise européenne menace l'économie mondiale, trop peu solide pour encaisser le choc. Car de leur côté, les économies américaine et chinoise s'essoufflent. Au final, personne n'a intérêt à voir la zone euro se disloquer mais cela implique des décisions difficiles à prendre, surtout pour l'Allemagne, qui passent notamment par une politique monétaire beaucoup plus agressive (monétisation de la dette des Etats etc.) et des ajustements budgétaires repoussés dans le temps.

En supposant que ce scénario plutôt optimiste se réalise, comment voyez-vous évoluer les indices boursiers dans les prochains mois ?

C.C.O : A court terme, il faut rester prudent. L'été sera mouvementé sur les marchés. A plus long terme, les valorisations historiquement basses plaident en faveur des marchés actions. Une baisse des matières premières (conséquence du contexte récessif) et l'assouplissement du calendrier d'austérité constituent des éléments favorables qui pourraient soutenir les indices boursiers. Groupama AM table sur un Cac 40 à 3.100 points dans les trois mois et à 3.500 points à l'horizon d'un an

Dans ce contexte, comment investir sur les marchés actions ?

C.C.O : Nous sommes au milieu du gué. Les cycliques font peur mais il faut se méfier des valeurs défensives trop chères ! Prenons l'exemple d'Essilor. C'est une très belle valeur mais qui se paie 26 fois ses bénéfices 2013. Les investisseurs se ruent sur les sociétés les plus attractives. Ceux qui restent sur les marchés actions veulent des titres se comportant comme des obligations !

Quels secteurs faut-il privilégier ?

C.C.O : Nous investissons de préférence dans les services aux entreprises, les services informatiques ou les semi-conducteurs. Nous revenons aussi sur les télécoms, valeurs défensives mais très décotées, et les pharmas. Ce secteur s'est profondément restructuré pour faire face au « mur » de 2012 marqué par la tombée dans le domaine public de nombreux « blockbusters ». Leur profil de croissance est désormais moins risqué. Enfin, nous n'excluons pas le secteur financier de nos portefeuilles avec une prédilection pour les valeurs du nord de l'Europe.

Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • r.espic le dimanche 15 juil 2012 à 12:51

    Gaffe aux banques: Les banques francaises ont transféré leurs encours en obligations d'état pourries sur les assurances-vies des particuliers.

  • r.espic le samedi 14 juil 2012 à 11:26

    Quel baratin insipide, injustifié, politiquement correcte. Les dettes continuent à augmenter et ne seront jamais remboursées. Nous n'avons plus d'industries mais nous sommes au milieu du Gué: Trés heureux de l'appprendre Mme Oliveira.

  • M7791448 le vendredi 13 juil 2012 à 12:50

    3500 d'ici un an. Elle ne risque rien en disant ça, car d'ici là, si les 3500 ne sont pas atteints, ses propos auront été oubliés depuis belle lurette

  • comtetro le vendredi 13 juil 2012 à 10:41

    ...... "une politique monétaire beaucoup plus agressive", c'est de la pure langue de bois, pourquoi ne disent-ils pas "une politique monétaire beaucoup plus laxiste" ?

  • unknown9 le vendredi 13 juil 2012 à 10:40

    il est vrai que GROUPAMA AM est une sacrée référence... il suffit de regarder leurs résultats en 2011 pour mieux comprendre ! et avec un article comme celui-là on comprend encore mieux...

  • mochecla le vendredi 13 juil 2012 à 10:32

    c'est de la voyance!! ils sont même pas capable de gérer leurs actifs... je travaille dans une filiale de acto ils ont le feu aux fesses

  • bobby129 le vendredi 13 juil 2012 à 10:18

    A faites_c... Elle n'a jamais dit qu'il fallait investir sur des comptes à terme mais plutôt qu'il ne fallait pas espérer un rally sur les actions pendant l'été, ce n'est pas pareil. Au contraire, selon elle on peut investir maintenant, dans les pharmas notamment avec des perspectives de gains mais à plus long terme.

  • faites_c le vendredi 13 juil 2012 à 10:00

    D'après ces infos, il ne faut surtout pas investir en bourse mais placer la totalité de ces avoirs sur des comptes à terme!!!Eventuellement revenir sur la bourse dans 3 mois quand le CAC aura baissé.Ma conclusion : eviter à tout prix d'investir chez Groupama AM!

  • gmex28 le vendredi 13 juil 2012 à 10:00

    Elle ne se mouille pas bcp cette petite dame...... Le CAC sera à moins de 3000 pts d'ici la fin de l'année (2500, pt bas). Tant que les élections américaines ne sont pas passées, il convient d'être très prudent car la situation de la dette américaine devient très critique...

  • enzobarz le vendredi 13 juil 2012 à 09:58

    elle à inventée la poudre ?