«City of Poros» : un procès 23 ans après

le
0
Jugé à Paris, cet attentat palestinien sur un navire grec avait causé la mort de trois Français.

«On avait retrouvé sur le pont du paquebot un pied qui n'appartenait à personne.» L'ex-juge Marsaud a encore la voix blanche lorsqu'il évoque l'horreur de l'attentat du City of Poros, ce navire grec attaqué en mer Égée, le 11 juillet 1988, par un commando palestinien du groupe Abou Nidal. À l'époque, le magistrat était chef du parquet antiterroriste. Cet acte criminel, qui fit neuf morts, dont trois Français, et quatre-vingts blessés, est jugé ce lundi à Paris... vingt-trois ans après les faits!

Devant la Cour d'assises spéciale se tiendra donc, jusqu'au 2 mars, un procès par contumace pour trois accusés fantômes. Trois terroristes, dont nul ne sait s'ils vivent encore ou s'ils ont succombé aux luttes fratricides qui décimèrent leur organisation, le Fatah-Conseil révolutionnaire.

Une voiture explose aussi dans le port du Pirée

L'enquête avait bien mal commencé. La police du port du Pirée avait d'abord accusé un couple de jeunes Français figurant parmi les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant