City fait sauter la banque barcelonaise

le
0
City fait sauter la banque barcelonaise
City fait sauter la banque barcelonaise

D'abord mené sur un contre d'école de Messi, Manchester City s'est repris, puis à puni l'épouvantail barcelonais (3-1). Un large succès qu'expliquent autant l'intensité et le sérieux des Citizens que le manque d'imagination et d'engagement du Mes que.

Manchester City 3-1 FC Barcelone

Buts : Gündoğan (39e et 74e), De Bruyne (51e) pour City // Messi (21e) pour le Barça

Les semaines se suivent et se ressemblent. Cet adage, Pep Guardiola a bien cru qu'il allait se répéter une nouvelle fois face à son Can Barça. Déjà auteurs d'un bon début de rencontre au Camp Nou, ses Citizens rééditent telle performance dans leur Etihad Stadium. Mais, comme il y a de ça deux semaines, ses poulains se font cueillir par le flegme des Blaugrana et l'intelligence de Leo Messi. Initiateur de la contre-attaque devant sa surface, il prend relais sur Neymar qui, soixante mètres plus loin, le retrouve, lancé plein fer, pour punir Caballero. Une sucrerie qui lance les hostilités anglaises.

Alors qu'un énième récital des Catalans se profile, les erreurs en cascade des Barcelonais coutent la rencontre à Luis Enrique, que ce soit Sergi Roberto, sur une relance kamikaze, comme Ter Stegen, aux abonnés absents sur le coup franc de Kevin De Bruyne. Mais plus encore que les carences des Culés, Guardiola peut retenir le festival offensif de son City, intenable en seconde mi-temps, l'intensité dans le pressing, la générosité dans l'effort et l'utilisation idoine des espaces. Autant de satisfactions qui s'ajoutent à celle, plus pécuniaire, d'une qualification à portée de main.

City face au brouillard français


De fait, le duel débute sur un quart d'heure mancunien. Une domination qu'explique autant l'impératif de victoires des Citizens que l'amoncellement de changements au sein de l'arrière-garde blaugrana. Gerard Piqué out, Luis Enrique préfère délaisser Mascherano à son poste de central gauche plutôt que de l'intervertir avec Umtiti, pas vraiment à l'aise sur le flan droit. Idem, l'absence de Jordi Alba offre à Lucas Digne un costume trop grand pour lui, tant les accélérations de Sterling et d'Agüero lui font vivre un enfer.

Jamais inquiété par l'arbitre malgré une flopée de fautes grossières, le Français regarde même, hilare, Sterling chavirer sur la jambe de son compatriote dans la surface puis recevoir une biscotte pour…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant