City et son miroir barcelonais

le
0
City et son miroir barcelonais
City et son miroir barcelonais

Désormais coaché par Pep Guardiola, Manchester City retrouve le Camp Nou avec des ambitions toujours plus élevées. Entre expansion économique et développement du projet sportif, la réussite des Citizens doit beaucoup au modèle blaugrana qu'ils tentent de copier.

Quatre ans de labeur, de drague et de refus. Puis, le " yes sir" qui change tout. Débarqué en 2012 à Manchester City pour y occuper la fonction de directeur du football, Txiki Begiristain remplit enfin sa mission prioritaire en février dernier lorsque Pep Guardiola, entraîneur le plus courtisé de la planète foot, répond par l'affirmative à ses avances. Désormais à la barre du navire citizen, le natif de Santpedor compte y bâtir une reproduction 2.0 du Barça qu'il remet au centre de l'échiquier mondial entre 2008 et 2012. Mais ce recrutement, aussi réussit soit-il, ne rassemble que la partie visible de l'iceberg.


En profondeur, loin des tumultes médiatiques et de l'attente populaire, les propriétaires de City, depuis le rachat du club en 2008, travaillent d'arrache-pied pour hisser le second fanion de Manchester au niveau des mastodontes européens historiques tels que le voisin de United, le Real Madrid ou le Bayern Munich. Pour ce, ils calquent leur développement sur celui du FC Barcelone. Un miroir blaugrana qui, grâce au bien nommé Txiki Begiristain et au conseiller délégué du club, Ferran Soriano, ressemble de plus en plus à la version originale catalane.

La tentaculaire expansion économique de City


En décembre 2011, Manchester City n'en est qu'aux prémices de son évolution. À des milliers de kilomètres de là, sur la côte méditerranéenne, Ferran Soriano se démène pour achever la vente de Spanair, compagnie aérienne dont il est l'un des principaux responsables. En pleine gestion de crise financière, l'ancien vice-président économique du Barça de Joan Laporta refuse poliment les avances du cheikh Mansour Bin Zayed Al Nahyan. Six mois s'écoulent, la compagnie met la clé sous la porte et, rebelote, le propriétaire de City renouvelle son offre. Cette fois, la réponse du Catalan est positive, le changement est en marche. Lorsqu'il débarque dans les offices de l'Etihad Stadium, il découvre un projet qui va plus loin que de simples titres : il doit prendre en main la construction d'un club aux lignes directrices claires, aussi bien économiquement que sportivement. Une bonne pioche…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant