City en route pour Wembley

le
0
City en route pour Wembley
City en route pour Wembley

Malgré la défaite à l'aller et l'ouverture du score d'Everton, qualifié jusqu'à la 69e, les Sky Blues ont arraché la qualification pour la finale de League Cup contre Liverpool. Une victoire qu'ils doivent en grande partie à leur armada offensive.

Manchester City 3-1 Everton FC

Buts : Fernandinho (24e), De Bruyne (69e) et Agüero (78e) pour Manchester City // Barkley (19e) pour Everton

Peut-on gagner la League Cup avec une défense centrale Otamendi-Demichelis ? La réponse est non. Clairement, non. Sauf quand, dans le même temps, on est capable d'aligner Agüero, Silva, De Bruyne, Sterling et Navas. Tout ça à la fois, évidemment. Manchester s'y est essayé ce soir contre Everton alors qu'il avait déjà un but de retard (suite à la défaite à Goodison Park). Pas d'entrée, bien sûr. Mais quand il était mal en point, City n'a eu qu'à piocher un ou deux éléments sur son banc pour arracher la finale. Reste que le constat est irrévocable : lente, éreintée, empruntée, pas inspirée, loin d'être tranchante, sans relance cohérente, laissant l'adversaire jouer à sa guise, même pas intraitable dans les airs, la charnière a été le maillon faible de cette équipe qui mérite bien mieux au regard des noms composant son système offensif. Si Otamendi peut régler la mire à l'avenir avec un autre co-équipier, c'en est fini de Demichelis.

Car si Everton n'a quasiment pas été dangereux dans cette demi-finale retour, c'est bien le club de Liverpool qui a ouvert le score. Il a même été qualifié jusqu'à la 69e minute en profitant des égarements des arrières adverses. Après quelques changements, les Citizens ont réglé la mire et ont composté leur ticket pour accompagner Liverpool à Wembley. Une victoire qu'ils doivent en grande partie à la qualité intrinsèque de ses attaquants.

Sans défense, City est d'attaque


Défait à l'aller (2-1), City devait absolument s'imposer pour espérer la finale. Pourtant, c'est un milieu travailleur Delph-Fernandinho-Touré qui est proposé, poussant De Bruyne sur le banc. Pas de surprise chez les Toffees, qui peuvent compter sur toutes leurs forces vives hormis Mirallas et Bešić. Forcément, Everton est méfiant. Qui ne le serait pas face à un trio Sterling-Silva-Agüero ? Surtout que le but à l'extérieur ne compte pas plus qu'un autre dans cette compétition. Le club de Kenwright reste donc très bas, bien en place, en attendant les…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant