City brille à Séville et se qualifie

le
0
City brille à Séville et se qualifie
City brille à Séville et se qualifie

Avec son armada de talents, Manchester City a aisément dominé Séville en Espagne. Battu 3-1, le club andalou a rapidement plié sous les coups de butoir des Anglais, emmenés par une puissance offensive impressionnante. City s'empare de la première place et assure déjà sa qualification pour les huitièmes.

FC Séville 1-3 Manchester City

Buts : Trémoulinas (25e) pour le FC Séville / Sterling (8e), Fernandinho (11e), Bony (36e) pour City

Sous les applaudissements des supporters anglais, Raheem Sterling checke ses potes. Après mille accélérations et autant d'appels, le jeune Anglais va s'assoir sur le banc de son clan. A sa place ? Kevin De Bruyne. City est une machine. Un robot porté par des fusées Navas/Sterling sur ses côtés, et soutenu par ses imposantes bases Touré/Fernandinho. Avec ses dernières recrues, le club anglais dégaine autant d'armes et de munitions que son propriétaire a de zéro sur ses comptes bancaires. À tel point qu'il peut se permettre de débuter sans un moteur De Bruyne dans son onze de départ. Mais si City est capable, comme ce soir, de tout démolir tout grâce à ses cartouches offensives, il le paye forcément un peu par un manque d'équilibre défensif. Pour le plus grand bonheur des yeux. Car quand City joue de cette façon et attaque sans trop réfléchir au résultat final, la rencontre devient régal. Des occasions en veux-tu en voilà, un ballon qui gravite entre les deux extrémités du terrain, une intensité de tous les instants et une victoire convaincante des Anglais devant un Séville inspiré mais moins talentueux : les fans citizens ont pris leur pied. Avec au bout une qualification pour les huitièmes de finale. Déjà.

Bienvenue chez Big Fernand


Parce que Manchester City n'a pas forcément besoin de gagner - il possède trois points de plus que son adversaire du jour -, Pellegrini a choisi de densifier son milieu de terrain, avec les deux gros travailleurs homonymes, Fernandinho et Fernando. Yaya Touré se place juste au-dessus, au poste de numéro 10. Mangala est sur le banc, comme De Bruyne, ce qui est plus surprenant. Côté Séville, Llorente mène l'attaque, avec Konoplyanka, Banega et Vitolo en soutien. Mais si les choix du Chilien semblent prudents, le boss de City n'est pas venu en Espagne pour fermer le jeu. Et les supporters du stade Ramón-Sánchez-Pizjuán s'en rendent vite compte.

Après un quart d'heure de jeu, le tableau d'affichage est déjà de 2-0 et les potes de Touré ont eu le temps de frapper une dizaine de fois. Sterling et surtout Fernandinho, débarrassé d'une partie des tâches défensives grâce à…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant