Citroën DS 5, l'émergence du luxe à la française

le
0
VIDÉO - Originale et singulière, la troisième voiture de la gamme Premium de Citroën renoue véritablement avec la tradition tricolore du bel objet bien conçu et bien réalisé.

(Envoyé spécial à Nice)


La DS 5 arrive très logiquement après la DS 3 et la DS 4. «Et rien ne nous empêche de dépasser le chiffre 23 !» note malicieusement Vincent Besson, le directeur de la stratégie produits et marchés du groupe PSA, la maison-mère de Citroën, faisant allusion au dernier millésime de son illustre aînée.

DS, deux lettres mythiques reprises par les Chevrons comme étendard de sa gamme Premium, même si, dans une certaine mesure, la marque s'en défend. «Dès le départ, il était hors de question de singer les marques répondant à cette définition», lance Vincent Besson, l'un des pères du projet DS, en regardant vers Audi.

«Bis repetita non semper placent»: contrairement à l'adage latin, les choses répétées ne plaisent pas toujours. Citroën devait donc faire différend du «modèle» allemand tout en se défiant des erreurs ayant conduit aux désastres des si différentes C6 et VelSatis, trop décalées pour inquiéter l'armada d'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant