Cisjordanie-Un Palestinien blesse une Israélienne enceinte

le
0
 (Actualisé avec précisions, réaction de l'ambassadeur US, 
Netanyahu) 
    par Ori Lewis 
    JERUSALEM, 18 janvier (Reuters) - Des soldats israéliens ont 
blessé par balles un adolescent palestinien qui venait de 
poignarder une Israélienne enceinte, lundi dans une colonie 
juive en Cisjordanie occupée. 
    Il s'agit de la deuxième agression visant une colonie juive 
en 48 heures. Les attaques palestiniennes s'exerçaient jusqu'ici 
dans les rues et aux arrêts de bus d'Israël et de Cisjordanie. 
Elles semblent désormais s'étendre aux colonies de peuplement, 
pourtant en principe bien protégées. 
    La femme a été agressée à Tekoa, une implantation juive 
proche de Bethléem, et se trouve dans un état jugé sans gravité 
dans un hôpital de Jérusalem. Le foetus n'est pas touché. 
    Son agresseur, âgé de 17 ans, est dans un état grave après 
avoir été blessé par balle à la jambe. Il est soigné dans un 
autre hôpital de Jérusalem. 
    Dimanche, un assaillant avait tué à l'arme blanche une 
infirmière, mère de six enfants, à son domicile dans le sud de 
la Cisjordanie, dans l'implantation d'Otniel. L'agresseur est 
toujours en fuite. 
    La vague de violence, qui est entrée dans son quatrième 
mois, est alimentée par plusieurs facteurs et notamment la 
frustration des Palestiniens après l'échec des négociations de 
paix en 2014, ainsi que le développement des colonies de 
peuplement juif sur les terres que les Palestiniens réclament 
pour leur futur Etat. 
    De même, le développement des visites de juifs sur 
l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, troisième lieu saint de 
l'islam sunnite et lieu révéré dans le judaïsme parce qu'étant 
le site de deux anciens temples bibliques. 
     
    QUITTER LEUR LIEU DE TRAVAIL 
    L'armée israélienne a ordonné à tous les Palestiniens qui 
travaillent dans le vaste bloc de colonies de peuplement de Gush 
Etzion, dans le sud de la Cisjordanie, de quitter leur lieu de 
travail après l'attaque de Tekoa.     
    "Au vu de la situation et à la suite de récentes attaques 
terroristes(...), les travailleurs palestiniens ont reçu pour 
consigne de quitter les communautés (de Gush Etzion)", a déclaré 
l'armée dans un communiqué. 
    L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël, Daniel Shapiro, a 
évoqué des "actes barbares de terrorisme" à propos des dernières 
attaques à l'arme blanche, tout en accusant Israël de ne pas 
agir avec suffisamment de fermeté faire cesser les violences des 
Israéliens d'extrême-droite contre les Palestiniens en 
Cisjordanie. 
    "Pour trop d'attaques contre les Palestiniens, il n'y a pas 
d'enquête énergique ou de réponse par les autorités 
israéliennes; trop d'actes où l'on se fait justice restent 
impunis et, parfois, il semble y avoir deux normes pour le 
respect du droit, une pour les Israéliens et une autre pour les 
Palestiniens", a déclaré l'ambassadeur lors d'une conférence sur 
la sécurité. 
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a publié un 
communiqué réfutant les propos de Daniel Shapiro, les qualifiant 
de "faux" et d'"inacceptables". "Israël applique la loi pour les 
Israéliens et pour les Palestiniens", a déclaré le chef du 
gouvernement. 
    Depuis le 1er octobre, date à laquelle a commencé le regain 
de violences palestiniennes contre des Israéliens, on dénombre 
25 Israéliens et un Américain tués dans des attaques à l'arme 
blanche, à la voiture bélier ou à l'arme à feu. 
    Dans le même temps, au moins 148 Palestiniens ont été tués, 
dont 94 présentés par Israël comme des agresseurs. La plupart 
des autres sont morts lors de manifestations violentes. 
 
 (Ori Lewis; Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant