Cisjordanie : la mère du bébé palestinien brûlé vif décède à son tour

le , mis à jour à 08:54
1
Cisjordanie : la mère du bébé palestinien brûlé vif décède à son tour
Cisjordanie : la mère du bébé palestinien brûlé vif décède à son tour

Il ne reste qu'Ahmed, 4 ans. Riham Dawabcheh, la mère du nourrisson palestinien de 18 mois brûlé vif dans l'incendie de la maison familiale, fin juillet, imputé à des extrémistes juifs, et dont le mari était déjà décédé, a succombé à ses blessures dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué l'hôpital israélien où elle était soignée et où se trouve toujours Ahmed, l'autre fils de Riham Dawabcheh.

« Riham Dawabcheh est décédée dans la nuit », a révélé une porte-parole de l'hôpital Tel Hashomer de Tel-Aviv, où la jeune institutrice de 26 ans avait été admise avec des brûlures au troisième degré couvrant 80% de son corps.

Depuis le village de Douma, Anouar Dawabcheh, un membre de la famille des trois victimes, a confirmé avoir été informé de la mort de Riham Dawabcheh. Il a ajouté que les funérailles pourraient se tenir dans la journée de lundi dans le village, où des « comités populaires » effectuent désormais des rondes de nuit, les habitants assurant vivre « dans la peur » de nouvelles attaques.

Le 31 juillet, des hommes masqués avaient jeté des cocktails Molotov par les fenêtres de la maison des Dawabcheh dans le village de Douma, entouré de colonies dans le nord de la Cisjordanie occupée. Ali, 18 mois, a été tué dans l'incendie, ses parents n'ayant pu le sauver.

Huit jours plus tard, Saad, son père a succombé ses blessures.

Son corps remis aux autorités palestiniennes ce lundi

Cet incendie criminel avait été signé d'inscriptions désignant le « prix à payer », une pratique de jeunes colons extrémistes habitués des actes de vandalisme. Mené quelques heures après le meurtre, par un ultra-orthodoxe juif, d'une adolescente lors d'un défilé de la Gay pride à Jérusalem, il avait suscité de vives critiques en Israël, notamment du Premier ministre Benjamin Netanyahou, dans les territoires occupés, et avait soulevé l'émotion et l'incompréhension d'une partie de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le lundi 7 sept 2015 à 09:18

    triste triste