Cisco investit plus en France, vante son innovation

le
0

(Avec déclarations supplémentaires de Chambers) PARIS, 8 octobre (Reuters) - Le géant américain des réseaux Cisco CSCO.O a annoncé jeudi le doublement de ses investissements dans les start-ups françaises pour les porter à 200 millions de dollars et a rendu un hommage appuyé aux efforts des pouvoirs publics pour développer un environnement favorable à l'innovation. "Nous allons doubler nos engagements auprès de la France", a dit son président John Chambers sur Europe 1, quelques mois après avoir promis un premier investissement de 100 millions de dollars. (voir ID:nL5N0VQ49S ) Ce premier partenariat visait à financer la formation au numérique, l'accélération de "jeunes pousses" ou la recherche. "Il y a ici une communauté de start-ups incroyables (...) Les décideurs de la France comprennent mieux que quiconque ce que la révolution numérique peut apporter à chacun", a ajouté John Chambers. Ces propos sont venus conforter le gouvernement, dont les efforts pour promouvoir l'attractivité de la France, notamment en matière d'économie numérique avec le label "French Tech", ont été mis à mal par les incidents survenus à Air France. ( ID:nL8N12626P ) John Chambers, qui a inauguré dans la matinée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) un centre de recherche Cisco en compagnie du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, a minimisé l'importance des événements de lundi. "Ce qui s'est passé l'autre jour ne m'a pas fait changer d'avis sur la France", a-t-il dit, estimant qu'aucun autre gouvernement au monde n'était aussi conscient de la nécessité de promouvoir l'économie numérique. "A chaque fois que vous menez des changements, il faut du courage, il faut avoir envie de faire les choses différemment, il faut se rendre compte qu'il faut déranger sous peine d'être dérangé vous-mêmes", a ajouté John Chambers. "Il y aura toujours des problèmes et des cahots. Est-ce que les événements de l'autre jour affectent ma décision de venir en France ? Non", a-t-il encore dit. Cisco, le leader mondial des réseaux et des serveurs, emploie environ 1.200 personnes en France, des ingénieurs pour la moitié d'entre eux. Interrogé sur l'importance de l'environnement fiscal, le crédit d'impôt recherche et innovation faisant de la France un des pays les plus favorables aux activités de recherche et développement, John Chambers a répondu : "Les impôts ont un impact énorme sur la localisation des ressources (...) Si vous voulez avoir des ingénieurs, il faut un environnement qui favorise les entreprises qui investissent dans les ingénieurs et les start-ups". (Gregory Blachier et Yann Le Guernigou, avec Leigh Thomas, édité par Yves Clarisse)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant