Circus Dinner Show : à Monaco, le cirque s'invite à table

le
0
Circus Dinner Show : à Monaco, le cirque s'invite à table
Circus Dinner Show : à Monaco, le cirque s'invite à table

(AFP) - "Merci de ne pas nourrir les serveurs". Du jeudi au dimanche soir, à Monaco, l'affichette épinglée au dos du garçon de table rappelle aux clients qui l'auraient oublié qu'ils viennent de pénétrer dans un bien étrange restaurant, le Circus Dinner Show.

La Principauté, qui depuis 1974 organise déjà chaque année, en janvier, un festival de cirque de réputation mondiale, a décidé d'offrir une vie estivale à son chapiteau : il accueille jusqu'au 19 août, à quelques encablures du port de Fontvieille, un dîner-spectacle.

C'est en découvrant un dîner de ce type en 2010 à Shanghai, à l'occasion de l'exposition universelle, que Monaco échafaude le projet. D'autant, observe la Princesse Stéphanie, que "ces dîners-spectacles ne se font pas en Europe". Pour cette passionnée de cirque depuis l'enfance, "ce qui est intéressant, c'est qu'il se passe tout le temps quelque chose dans la salle".

Pour l'invité, le spectacle commence en effet dès qu'il pose le pied sur le tapis rouge. Accueilli par une haie de musiciens, il passe ensuite entre les mains de l'espiègle Gallina, un agent de sécurité bien particulier au caniche noir pas ordinaire.

Peu après 21 heures, le dîner-spectacle s'ouvre sur le thème musical du festival du cirque de Monte-Carlo : alternent alors quatre plats concoctés par le chef Philippe Joannès et une petite dizaine de numéros d'artiste.

Après les croquignolettes élucubrations de la Brigade des Castors, c'est la brigade des serveurs du Fairmont, un hôtel de luxe monégasque, qui prend la relève et sert l'entrée sous les applaudissements rythmés du public.

Puis apparaît Elena Larkina, impressionnante de maîtrise autant que d'abdominaux. Un cerceau, puis deux, puis trois, puis cinq: face aux déhanchements hypnotisants de la belle Russe, véritable Shéhérazade du Hula-hoop, petits et grands ont le souffle coupé.

Même magie avec les acrobates ukrainiennes du Trio Bingo, aux portages impressionnants, le jongleur suisse Kris Kremo ou le roi des pickpockets, Charly Borra. Montre, argent, lunettes et même cravate: en deux temps trois mouvements, ce dernier dépouille les invités. Bluffant.

Plus détendue que celles du festival du cirque, la soirée se finit bien souvent par une grande danse sur la scène où se mêlent artistes et spectateurs.

Seul bémol : le prix. Car si la clientèle visée par la Principauté est familiale, à 150 euros la place (demi-tarif pour les enfants), elle est composée surtout de riches touristes russes et arabes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant