Cinq soldats ukrainiens tués en 24 heures, selon l'armée

le
0

(Actualisé avec Otan, Steinmeier, Lavrov) KIEV, 18 novembre (Reuters) - Cinq militaires ukrainiens ont trouvé la mort au cours des 24 dernières heures dans l'est du pays, rapporte mardi leur état-major à Kiev, où le chef de la diplomatie allemande est arrivé dans la journée. Frank-Walter Steinmeier doit également se rendre à Moscou pour une visite sans précédent depuis le début du conflit armé à l'origine de vives tensions Est-Ouest qui a éclaté en mars. "Au cours des 24 dernières heures, en raison des bombardements et des explosions de mines, cinq soldats ont été tués et huit autres ont subi des blessures de gravités diverses", a dit Vladislav Selezniov, porte-parole de l'armée, sur Facebook. Au total, 140 membres des forces gouvernementales ont trouvé la mort depuis l'entrée en vigueur le 5 septembre d'un cessez-le-feu conclu à Minsk et violé quotidiennement depuis. Les autorités ukrainiennes et l'Otan ont accusé récemment la Russie d'avoir envoyé des renforts aux séparatistes de l'Est, ce que le Kremlin dément. Le secrétaire général de l'Alliance à de nouveau fait état mardi de mouvements de troupes dans l'Est et du côté russe de la frontière. "Il s'agit de préparatifs militaires graves et nous appelons la Russie à retirer ses troupes et à contribuer à un règlement pacifique", a déclaré Jens Stoltenberg. A Kiev, le ministre allemand des Affaires étrangères devait s'entretenir avec le président Petro Porochenko et le Premier ministre Arseni Iatseniouk avant de gagner Moscou. "Le week-end dernier à Brisbane, il y a eu beaucoup de discussions avec le président russe, la chancelière allemande s'est notamment entretenue avec M. Poutine. Je suis ici aujourd'hui et cet après-midi, j'irai voir si ces discussions ont créé une atmosphère plus propice à la mise en oeuvre de l'accord de Minsk", a déclaré Frank-Walter Steinmeier, évoquant le sommet du G20 samedi et dimanche. Son homologue russe, Sergueï Lavrov, a minimisé la portée de cette visite. "Nous avons évidemment convenu de parler de l'Ukraine et de nos relations bilatérales mais personne ne s'attend à une quelconque évolution", a-t-il assuré. (Pavel Polityuk, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant