Cinq récits immobiliers qui ont défrayé la chronique

le
0

TOP RETRO IMMO - Tantôt cocasses, tantôt plus dramatiques, Le Figaro Immobilier vous propose de (re)découvrir ces petites et grandes histoires qui ont un jour fait couler beaucoup d’encre.

Chaque semaine, Le Figaro Immobilier vous fait voyager dans le temps et vous emmène à la redécouverte de ces histoires, petites et grandes, qui ont un jour passionné les lecteurs du journal, curieux de patrimoine et d’architecture. Aujourd’hui, nous vous avons sélectionné quelques uns de ces meilleurs retours dans le passé. De la locomotive qui traverse la gare Montparnasse à la maison hantée en plein Paris, les amateurs d’anecdotes et curiosités de notre patrimoine immobilier vont pouvoir se régaler!

Il y a 116 ans... la maison hantée de la rue de Bourgogne semait le trouble

Il y a de quoi en avoir des frissons dans le dos... En plein été 1900, le Figaro se passionne pour une histoire de maison hantée qui agite le 7e arrondissement, au 51 de la rue de Bourgogne. Entre le 23 juin et le 2 juillet, une série de lettres anonymes adressées au commissaire de police des Invalides signalent des «plaintes et des gémissements paraissant poussés par une fillette d’une huitaine d’années», à toute heure du jour et de la nuit. Au fil des jours et durant les recherches des policiers, les cris et les bruits se répètent. Pourtant, aucun enfant martyrisé n’est retrouvé à proximité. Ce n’est qu’une dizaine de jours plus tard que l’épilogue de l’histoire révélera qu’il ne s’agissait que des dires d’une vieille dame qui s’était prise au jeu de sa propre imagination et avait partagé ses angoisses dans tout le quartier. Les bruits entendus étaient bien réels mais provenaient des enfants malades d’un pavillon du voisinage tenu par un jeune ménage.

• Il y a 121 ans... une locomotive défonçait la gare Montparnasse

Dans son édition du 24 octobre 1895, Le Figaro vous relate la spectaculaire course folle d’une locomotive et son tender. Ce jour-là, après avoir passé la muraille de la gare Montparnasse, la locomotive et son tender tombent carrément sur la place de Rennes creusant un immense trou dans l’édifice. Au cœur des débats: la responsabilité du «frein à Westinghouse à air comprimé» est mise en cause. Mais ce qui est tout aussi impressionnant, ce sont les travaux de déblaiement et de relevage qui ont suivi l’accident pour retirer la locomotive des deux ornières creusées par ses propres roues. Une véritable tranchée a dû être construite dans le bâtiment, pour faire glisser la locomotive et son wagon sur un lit de madriers. La seule victime fut la marchande de journaux de la gare, décédée sur le coup.

• Il y a 76 ans... un avion s’écrase au sommet de l’Empire State Building

En ce 29 juillet 1945, Le Figaro amplement consacré au procès du Maréchal Pétain accorde tout de même un petit espace en Une à un incroyable fait divers américain: l’Empire State Building, le plus haut bâtiment du monde de l’époque, vient d’être frappé de plein fouet par un avion. Bilan: 14 morts dont 3 membres d’équipage et 11 personnes parmi le personnel de l’immeuble. L’incendie est très rapidement maîtrisé et l’avion est immédiatement identifié: c’est un bombardier militaire bi-moteur. Pourtant, la suite dira qu’il s’agissait d’un accident dû au brouillard épais qui dominait New-York ce jour-là. Selon la légende, le pilote de l’avion aurait dit le matin même aux contrôleurs aériens: «C’est très difficile, je ne vois même pas l’Empire State...».

• Il y a 99 ans, le château féodal de Coucy était ravagé par les Allemands

Le 21 mars 1917, Le Figaro évoque la destruction du château fort de Coucy dans l’Aisne, par les troupes allemandes. Après avoir occupé la ville de Coucy-le-Château-Auffrique pendant trois ans, les Allemands se lancent dans une politique de terre brûlée et décident de placer 28 tonnes d’explosif dans le donjon, puis 10 tonnes dans les tours du château. Ce jour-là, Le Figaro souligne alors «la dévastation systématique des régions abandonnées par les Allemands» et notamment, celle d’un bon nombre de châteaux et bâtiments emblématiques du patrimoine français. Les belles demeures sont enduites de suie chaude, les toits brûlés, les églises dévastées. Le chœur et le portail de ce château sont détruits par explosion.

• Il y a 131 ans... une tour en granit de 300 mètres pour concurrencer la Tour Eiffel

En cette année 1885, les constructions de 300 mètres de haut font rêver les Français. Peu après la présentation du projet de Gustave Eiffel, Le Figaro s’émerveille devant un projet concurrent: celui d’une audacieuse tour en granit pensée par l’architecture Jules Bourdais, et qui culminerait à 335 mètres de hauteur grâce à un éclairage monumental. «C’est à qui formulera le projet le plus grandiose ou le plus épatant», signe Pierre Giffard. Mais les observateurs s’interrogent à l’époque sur la capacité d’un tel édifice à tenir debout. L’architecte y prévoit l’installation d’un musée dédié à l’électricité mais aussi un phare géant et l’accueil de malades au sommet de la tour afin d’y faire des cures aérothérapiques. Étonnant! Pourtant, les calculs de l’architecte ne convaincront pas le jury et la capitale s’ornera malgré tout de son phare géant grâce à Gustave Eiffel.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant