Cinq raisons de regarder les huitièmes de finale de Copa Libertadores

le
0

Elle n'a ni l'aura ni la chanson de la Ligue des champions. Mais les huitièmes des finales de la Copa Libertadores offrent un plateau relevé. Voici cinq raisons de rester éveillé jeudi et vendredi soir.

Parce que Diego Milito Revenu en 2014 au club de ses premières amours, Diego Milito avait fait rêver les supporters du Racing. Il affirmait alors qu'il revenait à Avellaneda pour offrir un titre au club, qui vivait une longue disette depuis 2001. El Principe a réussi son pari. Le Racing a remporté le tournoi de clôture 2014 et retrouve donc cette année la Copa Libertadores. Après un bon parcours en phase de groupes, le Racing s'impose comme un des favoris de cette édition. Et si Gustavo Bou, avant-centre du Racing, est meilleur buteur de la compétition (avec sept réalisations), c'est l'idole Diego Milito qui cristallise la folie des hinchas de l'Academia. À 35 ans et des genoux bien rouillés – mais avec cette classe constante qui l'a toujours caractérisé –, Milito peut emmener son club de cœur au bout d'une compétition que le Racing a gagnée une seule fois, il y a 48 ans. Il serait temps. L'ennemi d'Independiente, le " Rey de Copas ", règne toujours sur le quartier d'Avellaneda au palmarès international avec ses sept Copa Libertadores. Ce jeudi soir, le Racing affronte Wanderers à Montevideo. Milito a même été préservé lors de la dernière journée de championnat contre Lanús. Puis les grands rendez-vous, il s'y connaît le vieux Diego. Souvenez-vous en 2010
Pour admirer - ou découvrir - Miller Bolaños Miller Bolaños, numéro 10 du club d'Emelec, est actuellement meilleur buteur du championnat équatorien avec dix réalisations. Le néo-international a marqué son premier but avec le maillot de la Tri, contre l'Argentine le 1er avril dernier. Bolaños, qui a gagné la Copa Sudamericana (petite sœur de la Copa Libertadores) en 2009 avec la Liga de Quito, disputera certainement la Copa América cet été au Chili. Rapide et très habile techniquement, le milieu offensif habitué des golazos est sur les tablettes du récent vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF, le Club América (Mexique). Mais le joueur de 24 ans a d'autres objectifs : il veut signer en Europe. Et la Copa Libertadores devrait lui permettre de se faire connaître aux yeux du Vieux Continent. Auteur de quatre buts lors de la phase de poules, Bolaños mènera l'attaque d'Emelec contre l'Atlético Nacional, club colombien de Medellín. Une bonne raison pour avoir les yeux rivés sur Miller Bolaños lors du match…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant