Cinq possibles charniers au Burundi, selon des images satellite

le
0
    NATIONS UNIES, 28 janvier (Reuters) - Des images prises par 
satellite montrent ce qui pourraient être cinq charniers dans la 
banlieue de Bujumbura, la capitale du Burundi, venant confirmer 
les déclarations de témoins sur place qui accusent les forces de 
l'ordre d'avoir tué des dizaines de personnes en décembre, 
indique Amnesty International, jeudi. 
    Les témoins affirment que les fosses communes ont été 
creusées dans l'après-midi du 11 décembre. Les images et vidéos 
enregistrées avant et après cette date montrent que de la terre 
a été déplacée sur cinq sites du quartier de Buringa à la 
périphérie de Bujumbura, précise l'ONG. 
    "Ces images suggèrent des efforts délibérés de la part des 
autorités pour cacher l'étendue des massacres par leurs forces 
de sécurité et pour empêcher que toute la vérité soit faite", a 
dit Muthoni Wanyeki, directeur régional d'Amnesty pour l'Afrique 
de l'Est, les Grands Lacs et la Corne de l'Afrique. 
    Le 11 décembre, des hommes armés ont attaqué une caserne et 
les militaires ont répliqué par des perquisitions, des 
arrestations et des exécutions sommaires, a indiqué Zeid Ra'ad 
al Hussein, Haut commissaire de l'Onu aux droits de l'homme. 
    Les violences auraient fait 87 morts mais selon Zeid al 
Hussein, le nombre des victimes serait considérablement plus 
élevé. 
    Les Nations unies examinent des images satellite dans le 
cadre d'une enquête ouverte à partir de témoignages faisant état 
d'au moins neuf charniers dans Bujumbura et aux alentours. L'un 
d'eux se situerait dans une caserne et contiendrait une centaine 
de corps. 
    Plusieurs Etats africains tentent de convaincre le président 
burundais Pierre Nkurunziza d'accepter le déploiement d'une 
force de casques bleus afin d'éviter que le pays sombre dans un 
conflit ethnique. Un sommet est prévu à cette fin ce week-end 
mais les chances de persuader le dirigeant sont faibles. 
     
 
 (Michelle Nichols; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant