Cinq pistes pour trouver un logement étudiant sans se ruiner

le
0

Chaque année, les étudiants rencontrent des difficultés pour se loger. Pour bien gérer cette course effrénée aux logis à petits prix, le Figaro Immobilier a rassemblé quelques bonnes idées pour vous loger à moindres frais.

Fin de l’année scolaire pour certains, début d’une nouvelle expérience pour d’autres, la période estivale représente pour de nombreux jeunes le début d’une véritable chasse au logement. Et pour cause, avec plus de 2,4 millions d’étudiants en France, l’offre immobilière adaptée est souvent loin d’être suffisante et les choix d’habitat s’amenuisent rapidement. Trouver un appartement sympa et bon marché relève donc du véritable défi pour les étudiants aux budgets serrés. Entre propriétaires exigeants, longues files d’attente et prix élevés ... Le parcours s’annonce semé d’embûches. Foyers étudiants, logements contre services ou troc de chambres, le Figaro Immobilier a listé pour vous cinq pistes pour trouver un abri à prix réduit.

Pour ceux qui se la jouent collectif: les foyers étudiants

Vous privilégiez l’ambiance et la compagnie? De Paris à Montpellier ou d’Angers à Lyon, l’Union nationale des maisons d’étudiants (UNME) rassemble un réseau de 65 foyers adhérents dans 24 villes de France. Avec une disponibilité d’environ 6000 lits au total, vous pourrez trouver dans ces maisons estudiantines d‘autres jeunes venus des quatre coins du monde et une chambre pour environ 400 euros mensuels. A ce prix, vous bénéficierez d’une loge individuelle (ou en binôme selon les disponibilités) ainsi que d’un large accès à tous les espaces communs et équipements du foyer. Dans la plupart des cas, il vous sera également possible de vous inscrire en demi-pension afin d’être nourri sur place (comptez en moyenne 600 à 900 euros mensuels pour cette formule). Outre un prix globalement plus attractif que celui des logements privés, ces foyers présentent également l’avantage de se trouver généralement proches des écoles et universités. Attention néanmoins, la liste d’attente pour ce type de logement s’allonge très rapidement.

Pour ceux qui ont du temps: le logement contre services

De plus en plus de sites tels que Roomlala ou Toitchezmoi.com parmi tant d’autres, proposent une solution pour se loger gratuitement. Oui oui, gratuitement. Comment est-ce possible? En échange de quelques heures de services hebdomadaires comme la garde d’enfants ou encore le ménage, des propriétaires accueillent gratuitement un étudiant dans une chambre qui est disponible chez eux. Le compromis est bien sûr soigneusement élaboré entre les deux parties et il fait même l’objet d’un contrat écrit afin que celles-ci aient pleine connaissance de leurs droits et devoirs. Pour ceux qui ont d’ores et déjà un emploi du temps chargé, cette option risque d’être épuisante... En revanche pour les autres, voilà un excellent moyen de bénéficier d’un logement gratuit et faut-il espérer, en bonne compagnie!

Pour ceux qui possèdent déjà une chambre ailleurs: le troc de chambres

Nombreux sont ceux qui quittent le nid familial ou une colocation en laissant derrière eux une chambre vide. Pour eux, la solution est toute trouvée: l’échange de chambres! Le principe est simple: il suffit de poster une annonce en mettant à disposition la chambre vacante, photos et adresse à l’appui. Ainsi, pendant qu’un étudiant chinois pourra venir s’installer chez vous le temps de votre Erasmus, vous pourrez pour la même durée, profiter de la chambre libre d’un étudiant espagnol lui-même installé en Irlande. Car d’après ce système prévu par la start-up StudyEnjoy, l’échange n’est pas forcément réciproque. Il doit simplement s’inscrire dans la même durée, que ce soit le temps d’une journée ou même d’une année. De la sorte, l’étudiant qui s’installe ne paye pas de loyer, mais simplement la somme d’un euro par jour pour répondre aux frais d’administration du site. Pour l’instant, l’offre n’est encore pas très développée mais elle compte tout de même aujourd’hui près de 3000 utilisateurs et 200 logements actifs.

Pour ceux qui aiment le partage: la colocation intergénérationnelle

De plus en plus répandu et apprécié, ce mode d’habitat a le grand mérite de réconcilier personnes âgées et étudiants à budget serré. Grâce à un nombre d’associations grandissant, ces deux générations peuvent en effet se rencontrer et cohabiter. Pour le plus jeune, cette option lui permet de s’installer dans une chambre ou un studio moyennant un loyer réduit, en échange duquel il devra assurer selon l’arrangement convenu, une certaine présence et éventuellement quelques petits services (courses, cuisine, aide informatique, ...). Là encore, cette solution suppose d’avoir du temps à accorder mais si vous êtes un temps soit peu serviable et à l’écoute, elle peut s’avérer très économique. Expérience humaine garantie!

Pour ceux qui aiment la nature: se loger à la ferme

Imaginez-vous la journée sur votre campus universitaire et le soir en rentrant, en pleine campagne! C’est l’idée proposée par l’association Campus Vert qui rassemble plusieurs agriculteurs de France. Ceux-ci proposent à une vingtaine de minutes environ des grandes villes et campus étudiants, des petits logements allant du simple studio au T3 dans le calme et la sérénité des espaces ruraux. Selon le territoire et le logement, le prix varie en moyenne de 239 euros à plus de 500 euros, avec un surplus d’une cinquantaine d’euros pour les charges en eau et en électricité. Pour l’instant, les quelque 400 studios proposés sont uniquement répartis dans la région des Hauts-de-France (Nord-Pas-de-Calais-Picardie), en Bretagne et en Ile-de-France.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant