Cinq mises en examen après la saisie de cocaïne

le
0
CINQ MISES EN EXAMEN APRÈS LA SAISIE DE COCAÏNE DANS UN AVION D'AIR FRANCE
CINQ MISES EN EXAMEN APRÈS LA SAISIE DE COCAÏNE DANS UN AVION D'AIR FRANCE

PARIS (Reuters) - Cinq personnes ont été mises en examen mardi après la saisie de 1,3 tonne de cocaïne dans un avion d'Air France en provenance de Caracas, a-t-on appris de source judiciaire.

Elles devront répondre du chef d'accusation d'"importation et trafic de stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs". Quatre d'entre elles ont été placées en détention provisoire, a précisé cette source.

Les cinq personnes, qui avaient été déférées un peu plus tôt mardi, sont trois Italiens et deux Britanniques.

La sixième personne interpellée, la compagne britannique d'un des suspects, avait été remise en liberté lundi, a-t-on précisé de source policière.

Les enquêteurs cherchent à comprendre comment une telle quantité de drogue a pu être embarquée à bord d'un vol d'Air France, qui a ouvert de son côté une enquête interne après la saisie effectuée vendredi.

Caracas a annoncé pour sa part que huit membres de la Garde nationale avaient été arrêtés sur des soupçons de complicité. Parmi eux figurent un lieutenant-colonel, deux lieutenants et cinq sergents.

Un agent de sécurité et un bagagiste de l'aéroport international Simon-Bolivar de Caracas a également été appréhendé, précise le parquet.

La drogue, qui semblait destinée à l'organisation calabraise 'Ndrangheta et peut-être en partie à la Grande-Bretagne, se trouvait dans une trentaine de valises enregistrées sous des noms de passagers fictifs.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a appelé les transporteurs à coopérer dans la lutte contre la drogue.

"La lutte contre la drogue internationale nécessite que tous les acteurs, notamment les transporteurs, participent de ce travail de coopération", a-t-il dit lundi sur Europe 1.

Cette prise représente un montant d'environ 50 millions d'euros à l'arrivée sur le sol français, puis jusqu'à quatre fois plus à la revente, a-t-il rappelé.

L'opération a été effectuée en collaboration avec les polices espagnole, britannique et néerlandaise.

Gérard Bon, avec Nicolas Bertin, Daniel Wallis à Caracas, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant