Cinq Japonais et un Français enlevés en Algérie

le
0
ENLÈVEMENT DE CINQ JAPONAIS ET D?UN FRANÇAIS EN ALGÉRIE
ENLÈVEMENT DE CINQ JAPONAIS ET D?UN FRANÇAIS EN ALGÉRIE

ALGER (Reuters) - Des rebelles islamistes ont attaqué mercredi un site de production gazière à In Amenas dans le sud-est de l'Algérie, enlevé au moins sept étrangers et tué un Français, a-t-on appris auprès de responsables locaux et de sociétés.

L'armée algérienne a organisé une opération pour sauver les otages, dit-on de source locale.

Un Français a été tué dans l'attaque, apprend-on de même source. On ignore s'il s'agit ou non d'un des otages. De source française, on dit que la victime pourrait être d'une autre nationalité. Selon la chaîne de télévision Ennahar, un agent de sécurité a été tué mais elle ne donne pas sa nationalité.

Un groupe se réclamant d'Al Qaïda, la katiba des Moulathamine, a revendiqué l'enlèvement des cinq Japonais et du Français, rapporte l'agence de presse mauritanienne Ani.

La Katiba des Moulathamine est dirigée par Mokhtar Belmokhtar, chef islamiste actif depuis des années dans le Sahara qui a fondé la milice l'an dernier, vraisemblablement après des dissensions avec d'autres dirigeants.

À Paris, la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères a été activée, dit-on de source gouvernementale française. Un Irlandais figure parmi les étrangers enlevés, a annoncé à Dublin le gouvernement irlandais.

BP PARLE D'UN "INCIDENT"

Les cinq Japonais travaillent pour la société d'ingénierie JGC Corporation, dit-on de source diplomatique. Cette entreprise a un accord avec le consortium Sonatrach-BP-Statoil Association pour la production de gaz à In Amenas.

Une source chez JGC a confirmé que cinq Japonais avaient été enlevés en Algérie, rapporte l'agence de presse Jiji. A Tokyo, le ministère japonais des Affaires étrangères dit être à la recherche d'informations mais ne fait pas de commentaire.

La compagnie pétrolière BP a confirmé qu'un "incident de sécurité" s'était produit sur son gisement gazier d'In Amenas mais n'a pas fourni d'information supplémentaire. BP ajoute que les autorités britanniques ont été informées de l'incident et ne dit pas si les étrangers ont été emmenés du site.

L'Algérie a autorisé la France à utiliser son espace aérien pour son intervention militaire au Mali contre les rebelles islamistes entamée vendredi dernier.

Huit otages français sont déjà détenus au Sahel. Les menaces proférées par les groupes islamistes qui contrôlent le nord du Mali ont plongé leurs familles dans l'angoisse.

François Hollande a déclaré mardi qu'il était "encore temps" pour les ravisseurs de "rendre à leurs familles" les otages.

Lamine Chikhi, avec Laurent Prieur à Nouakchott; Julien Ponthus, Julien Dury, Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant