Cinq choses à savoir sur le père du centre commercial en France

le
0

SAGA - Cet été, le Figaro immobilier vous propose de découvrir dix grandes figures françaises de l'immobilier, en partenariat avec le Crédit Foncier. Gros plan cette semaine sur Robert de Balkany.

Beaugrenelle, Aéroville, EuropaCity... On ne compte plus les grands centres commerciaux récemment construits ou en projet. Ces temples de la consommation, aujourd'hui appréciés ou décriés, sont apparus dès les années 1960 en France. On doit notamment leur implantation en France à un homme, Robert de Balkany, qui a popularisé le concept de centre commercial dans le pays, et a eu l'idée d'associer complexe commercial et logements. Le Figaro immobilier a sélectionné cinq éléments marquants sur un homme qui a bouleversé nos modes d'habitat et de consommation.

1. Une figure de l'âge d'or de la promotion immobilière

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, deux millions de logements ont été totalement ou partiellement détruits en France, soit un cinquième du parc immobilier existant. Devant l'ampleur des besoins de reconstruction, la politique mise en place par l'État pour dynamiser le secteur du bâtiment et résoudre la pénurie de logements, alors aggravée par l'explosion démographique et un fort exode rural, peine à porter ses fruits. Dix ans après la fin du conflit, près d'un tiers de la population, soit 14,6 millions de personnes, vit encore dans un logement vétuste ou surpeuplé.

Le contexte est donc très favorable aux promoteurs privés audacieux et novateurs, qui tirent profit du boom économique des Trente Glorieuses (1946-1975). Parmi eux, Robert Zellinger de Balkany, fils d'un entrepreneur de travaux publics hongrois naturalisé français, va rapidement faire fortune. Après un séjour aux États-Unis, il importe un concept, le centre commercial, qui va rencontrer un succès inattendu en France.

2. Il popularise le concept de grands centres commerciaux

Au début des années 1960, l'exceptionnelle progression du pouvoir d'achat des Français stimule l'apparition de nouveaux types de commerces généralistes. L'ouverture du premier hypermarché Carrefour, en 1963 à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), marque les prémices d'une nouvelle ère pour les habitudes de consommation dans le pays.

Robert de Balkany perçoit rapidement les bénéfices qu'il peut tirer de l'évolution des besoins et des comportements des Français. Il se lance alors dans la construction de grands ensembles résidentiels et des premiers grands centres commerciaux. Calquées sur le modèle américain, ces structures réunissent plusieurs enseignes dans une même galerie couverte, consacrée au plaisir de consommer. Elles bouleversent considérablement le commerce, qui est limité à l'époque aux petites surfaces commerciales et à l'arrivée récente des supermarchés et hypermarchés.

3. Son premier centre commercial: Parly 2

En 1969, De Balkany construit son premier centre commercial Parly 2 au Chesnay dans les Yvelines, contre l'avis de Paul Delouvrier, le fondateur des villes nouvelles d'Ile-de-France, qui considère que ce projet va à l'encontre de son plan d'aménagement et de développement pour la région. Le complexe voit le jour deux semaines après l'ouverture du tout premier centre commercial à Saint-Laurent du Var, mais s'impose rapidement comme le plus grand et le plus prestigieux centre commercial français.

C'est en effet la première fois qu'un nombre aussi important de magasins (150 magasins disposés sur trois niveaux) et qu'une telle offre de services (3 hypermarchés, plusieurs restaurants, 2 cinémas, 2 banques, 3.000 places de parking) sont concentrés au même endroit. Il resta longtemps le plus grand centre commercial d'Europe. Fort de son succès, Robert de Balkany déclina son concept dans la France entière et créa les centres commerciaux régionaux d'aujourd'hui: Rosny 2, Vélizy 2, Évry 2, Ulis 2, La Part-Dieu à Lyon... Son entreprise, Shopping Center Company, connut ensuite une renommée internationale.

4. Il crée des grands ensembles de copropriétés révolutionnaires pour l'époque

Robert de Balkany fut également à l'origine de nombreux grands ensembles de copropriétés en Île-de-France: Élysée 1, Élysée 2, Parly 2, Grigny 2, Chevry 2, qui sont souvent adossés à des centres commerciaux. Ces copropriétés sont souvent spectaculaires par leur taille. L'ensemble de logements Parly 2, sorti de terre en 1966, est en effet considéré au moment de son inauguration comme la plus grande copropriété d'Europe avec près de 7.500 appartements abritant 18.000 habitants.

Les ensembles construits par De Balkany se démarquent également par le confort moderne qu'ils offrent à leurs occupants. Ces mini-villes nouvelles, entourées de verdure, ont également l'avantage d'être à proximité immédiate des complexes commerciaux et des services de loisirs (tennis, piscines, clubs hippiques...). Lors de leur inauguration, ces résidences ciblent donc prioritairement les classes moyennes profitant du boom économique, notamment des jeunes cadres dynamiques.

5. Un héritage toujours important aujourd'hui

En associant ensemble résidentiels et centres commerciaux, Robert de Balkany a fortement contribué à la transformation et a l'expansion du métier de promoteur immobilier, historiquement fondé sur le logement. Il fut également le premier professionnel du secteur du bâtiment à investir dans une véritable stratégie de communication. En 1960, une Fiat 500 était par exemple offerte à tout nouvel acquéreur d'un certain type d'appartement dans la résidence Elysée 1.

Selon Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de France (FPI), l'homme est toujours une source d'inspiration pour les membres de la profession. Considérer l'immobilier comme un lieu de vie et de bien-être, intégrer les évolutions sociétales et répondre aux besoins de la population, sont autant d'enseignements tirés de la carrière de Robert de Balkany.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant