Cinq chiffres que vous ignorez sur le Palais du Luxembourg

le
0

En plein cœur de Paris et entouré d’un vaste jardin convoité par de nombreux Parisiens, voici le Palais du Luxembourg. Découvrez ce superbe patrimoine classé aux Monuments historiques depuis le XIXe siècle.

Quelle plus belle occasion que les Journées européennes du patrimoine pour re(découvrir) les joyaux architecturaux de nos cités? Pour cette 33e édition organisée autour du thème «Patrimoine et citoyenneté», des milliers de visiteurs sont invités à pousser les portes des plus beaux monuments de France. Au programme, des superbes châteaux, des grandes écoles, des demeures majestueuses et des monuments historiques dans toute la France. Alors, pour les amoureux des belles pierres et de l’histoire de notre patrimoine, Le Figaro Immobilier vous propose de découvrir quelques-uns de ces trésors. Voici les portraits chiffrés de quelques-uns des monuments les plus prisés de la capitale comme le Palais de l’Elysée, l’Assemblée nationale et aujourd’hui, le Palais du Luxembourg. Situé au 15 rue de Vaugirard dans le 6e arrondissemet de Paris, à deux pas du Panthéon, ce monument abrite depuis plus de 200 ans les murs du Sénat.

400 ans. Construit en 1615 sur ordre de Marie de Médicis et en la mémoire de son défunt mari Henri IV, le Palais du Luxembourg a fêté l’an dernier ses 400 bougies. La régente lassée du Louvre où elle résidait précédemment avait quelques années auparavant acquis le Petit Palais, hôtel qui appartenait initialement au Duc de Piney, François de Luxembourg. Près de cette demeure, elle fit construire à l’architecte Salomon de Brosse, ce qui allait devenir sa résidence princière. Le lieu deviendra ensuite une prison durant la Commune de Paris, avant d’accueillir le premier Sénat conservateur à compter de 1800.

• 348 sièges. Voici le nombre de sièges exact qui trouvent leur place aujourd’hui au cœur de la Salle des séances, soit une assise exclusivement réservée à chacun des sénateurs actuels, dans la tranche de son groupe politique. Cette pièce centrale du bâtiment, symbole de République avait été construite en 1834 par l’architecte Alphonse de Gisors, qui avait été chargé d’avancer la façade du Palais du Luxembourg de 31 mètres sur le jardin afin d’y édifier ce nouvel hémicycle. Après un incendie et plusieurs transformations architecturales jusqu’en 1879, la Salle des Séances a depuis gardé les mêmes ornements et boiseries de chêne. L’hémicycle consacré au Président du Sénat y est soutenu par sept colonnes de struc entre lesquelles sont placées six statues des grands législateurs de notre histoire.

• 23 hectares. Agrémentée de parterres de fleurs et de sculptures, voici la superficie actuelle du domaine qui entoure le Palais du Luxembourg. Actuellement, 21 hectares sont ouverts au public. Tout au long de l’année, les promeneurs et touristes peuvent en effet traverser le jardin, s’asseoir sur l’herbe verte des quelques pelouses autorisées et marcher à l’ombre des allées boisées. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui s’assoient le temps d’une pause sur les chaises disposées autour de la grande fontaine du jardin. Mais sachez que jusqu’en 1974, ce luxe n’était pas gratuit! La réservation temporaire d’une chaise se monnayait 20 centimes de francs, contre 30 centimes pour un fauteuil plus confortable.

650 mètres carrés. Ceci n’est pas la surface de l’ensemble des pièces qui abritent le Sénat, mais bien la superficie d’une seule et même pièce: la Salle des Conférences. Avec 57 mètres de long, ses 10,6 mètres de large et 11 mètres de hauteur sous plafond, la pièce tient son nom en l’honneur de la Conférence de Paix de Paris qui avait réuni les Alliés en 1919. À l’intérieur, tout n’est que dorures, lustres, moulures et tapisseries précieuses. Et pour cause, c’est dans ce lieu central et majestueux du bâtiment que Napoléon III avait choisi d’édifier cette salle en galerie du Trône pour le Sénat impérial.

• 8 kilomètres. Voici ce que représenterait la longueur du rayonnage de livres si les 350.000 volumes que possède le Sénat étaient mis les uns à la suite des autres. Aujourd’hui, impossible pour les gardiens du Palais d’exposer l’intégralité de ces volumes. La bibliothèque actuelle et sa galerie en fer forgé accueillent tout de même près de 57.000 ouvrages sur les rayonnages en chêne de deux kilomètres au total. Pourtant derrière la tranquillité des livres, sachez que cette galerie avait abrité en 1815 les délibérations à huis clos du procès du Maréchal Ney. À l’époque, l’ensemble du Palais du Luxembourg avait été érigé en Cour de justice, par la Charte constitutionnelle.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant