Cinq chiffres que vous ignorez sur l'Assemblée nationale

le
4

Surface, budget de fonctionnement ou équipements inattendus... Cinq informations insolites pour renforcer votre envie de visiter l’Assemblée nationale lieux pendant les Journées du patrimoine.

Chaque année, à l’occasion des journées du patrimoine, des milliers de Français viennent visiter l’Assemblée nationale - cet ensemble de bâtiments constitué notamment du Palais Bourbon et de l’hôtel de Lassay. Tout comme le Palais de l’Élysée - et son immense jardin, c’est l’une des valeurs sûres pour les visites, pour peu qu’on sache se montrer patient dans la file d’attente.

Pour doper votre envie de découvrir les lieux ou pour vous permettre d’en connaître des éléments intéressants en se dispensant de faire la queue, Le Figaro Immobilier vous livre 5 informations originales sur ces deux bâtiments édifiés dans leur première version entre 1722 à 1728, par Louise Françoise de Bourbon, fille de Louis XIV et de madame de Montespan. Confisqué en 1791, le palais Bourbon abrite la seconde chambre du Parlement depuis 1798. Il prend l’essentiel de sa forme actuelle entre 1827 et 1832 sous la direction de l’architecte Jules de Joly qui construit notamment le nouvel hémicycle (modifié au fur et à mesure selon le nombre de députés à accueillir).

• 2 cellules. Parmi les éléments disparus de ce haut lieu de la démocratie, on trouve deux cellules. La première, plutôt confortablement aménagée, faisait office de local de dégrisement au début du XXe siècle. Son dernier occupant aurait été le comte Armand Léon de Baudry d’Asson (député royaliste de la Vendée de 1876 à 1914), amené là en 1880 par une vingtaine de soldats après avoir traité le gouvernement Ferry de «gouvernement de voleurs». La pièce a depuis été transformée en deux bureaux. Quant à la seconde cellule, elle a été découverte en 2010, après avoir été emmurée depuis des années. Située à proximité de l’hémicycle, elle ne mesure que 2 mètres sur 1,5 et comporte un banc en pierre.

• 700.000 volumes. Depuis sa création en 1796, la Bibliothèque de l’Assemblée nationale a accumulé sur ses rayons pas moins de 700 000 volumes en français, principalement de droit, de sciences politiques, d’histoire, d’économie et de sciences sociales. Dans ses locaux décorés au XIXe siècle par Eugène Delacroix, l’institution abrite quelques pièces rares. On y retrouve notamment la collection des bustes de parlementaires en terre cuite d’Honoré Daumier, les minutes du procès de Jeanne d’Arc ou des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau.

• 215 m² par député. Au total le Palais Bourbon et l’hôtel de Lassay auxquels s’ajoutent trois immeubles réservés aux bureaux des députés et de leurs collaborateurs (l’immeuble Jacques Chaban-Delmas, bâtiment de 8 étages et 5 niveaux en sous-sol relié au palais par un passage souterrain, un autre boulevard Saint-Germain, acquis en 1986, et un dernier, acheté en 2002, rue Aristide-Briand) couvrent pas moins de 124.000 m² de surface au sol. Sachant que les 9500 locaux répartis sur ces sites sont destinés aux 577 députés, on en arrive à cette impressionnante surface moyenne de 215 m² par élu. Évidemment, les lieux abritent bien plus de monde puisque l’Assemblée compte près de 1400 fonctionnaires et que selon son propre site Internet 3000 personnes travailleraient sur place (avec les députés et les assistants). On arrive alors à 41,3 m² par personne travaillant à l’Assemblée nationale. C’est déjà plus raisonnable, mais ça reste plus que la surface moyenne dont dispose chaque Français vivant en appartement (32,4 m² selon l’Insee).

• 525 millions d’euros. C’est le montant total des dépenses de l’Assemblée nationale en 2015, soit une baisse de 1,12% par rapport à 2014. Le rapport du collège des questeurs précise que les dépenses de fonctionnement se sont établies à 508 millions d’euros, contre 17,2 millions dépensés en investissement. Ce dernier poste a bondi de•% en un an, en lien, notamment, avec des opérations de rénovation immobilière.

• 355 m² consacrés au sport. Les locaux de l’Assemblée nationale abritent une salle de musculation de 110 m² ainsi qu’une salle de sport de 152 m² où se pratiquent notamment l’escrime et un dojo de 93 m² accueillant des entraînements d’aïkido, de judo ou de karaté. Cerise sur le gâteau: à ces équipements du sous-sol s’ajoute également un sauna (surface non précisée).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • floalain il y a 3 mois

    Pourquoi mettre en exergue une baisse des frais de fonctionnement qui est, il faut le dire, annecdotique

  • bpasseri il y a 3 mois

    un chiffre aussi marrant, c'est que chaque député a un ordinateur et tout l'ensemble bureautique neuf chaque année, en matériel ou en chèque, et à votre avis ils prennent le matériel ou le chèque de 10000€ non imposable ?

  • bpasseri il y a 3 mois

    c'est plus que le budget dépensé par les députés américains! alors que la France est l'équivalent d'un seul état US, en fait l'état dépensait moins à l'époque royaliste

  • herve433 il y a 3 mois

    525 millions en fonctionnement !!!! presque un million par député ! une honte !