Cinq bulbes posés sur une église aux pieds de la Tour Eiffel

le
2

La future cathédrale orthodoxe de Paris, édifiée sur les berges de la Seine à proximité de la Tour Eiffel, a pris sa silhouette définitive avec le montage de ses derniers bulbes dorés.

Entourant la coupole centrale de huit tonnes installée en mars, qui culmine à 37 mètres de hauteur, quatre petits bulbes ont été hissés par des grues et fixés sur des structures en béton. De couleur or «matifié», afin qu’elles se fondent harmonieusement dans le paysage des bords de Seine, les coupoles surmontent des parois recouvertes de pierres blanches de Bourgogne.

Au total, 90.000 feuilles d’or ont été nécessaires pour recouvrir les cinq bulbes traditionnels de cette cathédrale de la Sainte-Trinité, voulue par le président russe Vladimir Poutine et qui doit être officiellement inaugurée en octobre. Lors d’une visite en France à l’automne 2007, Alexis II, alors patriarche de l’Église orthodoxe russe (décédé en décembre 2008), avait souhaité la construction d’une nouvelle église orthodoxe à Paris et l’ancien président Nicolas Sarkozy s’était dit prêt à soutenir ce projet.

Un chantier qui dure depuis deux ans

Dans cette optique, l’État russe avait acheté en 2010 un terrain de 4.000 m2 dans un secteur très protégé par les règles d’architecture et du patrimoine, situé entre la tour Eiffel et l’Eglise américaine protestante. Après le veto mis, pour des raisons esthétiques, par l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë au projet architectural initial, c’est finalement celui de l’architecte Jean-Michel Wilmotte qui avait été retenu.

Ce «Centre spirituel et culturel orthodoxe russe», dont le chantier a démarré en juillet 2014, a vocation à abriter, en plus de l’église, une école bilingue, une maison paroissiale et les services culturels de l’ambassade. Un bâtiment qui doit - selon les termes de l’ambassadeur russe Alexandre Orlov - représenter «le symbole de la proximité historique, culturelle et spirituelle» entre les deux capitales française et russe.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ECP1988 il y a 3 mois

    A quand le dépassement des rivalités économiques, cuturelles et religieuses ?

  • frk987 il y a 3 mois

    A quand la fin du grand schisme, plus personne ou presque n'est capable d'expliquer la différence entre les catholiques et les orthodoxes.