Cinq ans ferme requis en appel contre Kerviel

le
0
L'avocat général a suggéré à la cour de confirmer les dommages et intérêts de 4,9 milliards accordés à la Société générale en première instance.

Derrière son air doux et son tempérament posé, l'avocat général Dominique Gaillardot travaille à la débroussailleuse et au martinet. Son réquisitoire, qui durera trois heures, ne laisse inexploré aucun compartiment du touffu dossier de l'affaire Kerviel; et le magistrat ne trouve aucune circonstance atténuante au bénéfice de l'ancien trader. À ses yeux, il est bel et bien coupable d'abus de confiance, faux et usage de faux, introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

Plus que ses collègues de première instance, M. Gaillardot pointe du doigt - et il fallait que le ministère public le fasse pour rester authentiquement crédible à ce stade - «les insuffisances, les négligences» de la Société générale, incapable de surveiller le jeune opérateur de marché qu'était Jérôme Kerviel en 2007-2008. Mais c'est pour mieux asseoir sa démonstration, au terme de laquelle il assène que la responsabilité du prévenu est «pleine, entière et sans p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant