Cinq ans d'abstinence

le
0
Cinq ans d'abstinence
Cinq ans d'abstinence

En hommage au numéro de maillot de Zizou lorsqu'il était encore sur le pré, le chiffre 5 est celui du Real Madrid cette saison. Cinq comme le nombre d'années qui séparent ce titre en Liga du dernier, et cinq comme le nombre de joueurs déjà dans l'équipe type en 2012 pour soulever le trophée. Sergio Ramos, Marcelo, Pepe, Cristiano Ronaldo et Karim Benzema étaient déjà titulaires lors du titre version José Mourinho. Au cours de ces cinq dernières années les entraîneurs ont valsés, mais eux n'ont jamais bougé de leur fauteuil.

"Ça fait trop longtemps sans gagner la Liga, une grande équipe ne peut pas se permettre ça ", ces derniers jours les supporters madridistas trépignaient d'impatience dans Marca. Si les deux victoires en Ligue des Champions en 2014 et 2016 ont permis au Real de retrouver de sa superbe sur la scène européenne, les Merengues ramaient depuis des années en Liga, assistants impuissants à la domination barcelonaise entrecoupée d'une parenthèse pour le voisin matelassier. Et ça n'est pas Sergio Ramos, Pepe, Marcelo, Cristiano Ronaldo et Karim Benzema qui contrediront leurs supporters. Ces cinq joueurs étaient du titre madrilène il y a cinq ans, avant de vivre une longue période de disette en championnat. Déjà cadres sous José Mourinho, ils le sont restés sous les ordres des différents coachs installés sur le banc de la Casa Blanca.

Nacho, l'homme à tout faire de Zidane

Objectif Liga


Pendant cette période de diète forcée en Liga, la moitié de l'équipe type est restée inchangée, ce qui est assez rare du côté de Santiago Bernabeu. Mais Florentino Perez a appris des erreurs de son premier mandat époque Galactiques. Fini l'hystérie dans la dépense, le président a fait de la stabilité sa nouvelle marque de fabrique. Une stabilité à prix d'or, certes - on ne se refait pas -, mais non-applicable aux entraîneurs. Mourinho, Ancelotti et Benitez en ont fait les frais. Malgré les titres en championnat qui fuient année après année la maison blanche, l'ossature du onze type ne change pas. Les deux coupes aux grandes oreilles soulevées, dont la fameuse Decima, ont bien sûr contribué à éviter une totale métamorphose de l'équipe et à seulement procéder à quelques ajustements. Si le milieu a été intégralement remanié

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant